• La femme périphérique, Sophie POINTURIER

    La femme périphérique, Sophie POINTURIERPeter et Petra Wolf forment le couple le plus en vue de la scène artistique allemande depuis les années 1990. Il est l’artiste maudit de l’Est dont on a perdu la trace, elle est l’ancienne professeure d’arts plastiques venue de l’Ouest que le petit monde de l’art envisage comme la gardienne du génie de son homme. Une femme sans talent qui divise dans un pays coupé en deux.

    Trente ans après la chute du Mur, alors qu’une biographie est en préparation au sujet du duo culte, un mystère plane sur les circonstances de la disparition de Peter. Et la perspective d’une actualité brûlante crée du remous dans le circuit des musées.
    Qui a tué le peintre ? Usurpation d’identité, fraude, faux et usage de faux : tout accuse Petra.
    L’enquête, entre Paris, Berlin et New York, révélera ce que la légende, jusque-là, avait tu.

     

    Mon avis :

     

    Au centre de la sphère artistique depuis une vingtaine d’années, les Wolf, couple emblématique de la fin de la Guerre froide, se retrouvent au cœur de spéculations, jalousies, rumeurs et autres histoires rocambolesques. Une biographie à paraître sur leur duo artistique et une exposition en cours de préparation sont à l’origine de ces tensions. Un buzz, même négatif, est toujours porteur et attire les curieux.

    Signant leurs toiles ensemble, Petra et Peter Wolf sont très différents l’un de l’autre. Elle est enjouée, volubile, se rend aux vernissages, aux expositions… alors que Peter, renfermé et paranoïaque fuit la foule et les mondanités. Un galériste New Yorkais réputé et collectionneur de leurs œuvres s’est pourtant mis en tête d’inviter le couple à l’avant-première de la rétrospective qu’il prépare. Comme il ne répond pas à ses appels, il lance la machine judiciaire accusant Petra d’avoir assassiné Peter et d’avoir détourné son argent. Une enquête est lancée des deux côtés de l’Atlantique.

     

    Ce premier roman de Sophie Pointurier est pertinent et très plaisant à lire. Mêlant habilement contexte géopolitique de la Guerre froide, histoire d’amour et coulisses du monde de l’art, elle parvient à captiver tout au long du récit. La construction de l’histoire alternant les points de vue, le présent et le passé et la localisation des situations en est en grande partie la raison. Elle y ajoute des réflexions pertinentes sur la place des femmes dans le monde artistique et sur ce qui fait ou défait une réputation dans ce milieu et cela fonctionne parfaitement.

     

    L’écriture est vive, alerte, le ton grave ou ironique selon les situations. Le propos est didactique sans jamais être rébarbatif et le suspens donne envie d’en savoir plus sur ce couple mystérieux. Ce roman addictif est une agréable découverte et je ne peux que vous le recommander.

    Merci à @cathdelamanu de me l'avoir fait découvrir. 

     

    Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 8 Décembre 2022 à 13:08
    Alex-Mot-à-Mots

    Une lecture plaisante mais sans plus. J'ai bien aimé les pages sur l'ex-Allemagne de l'est.

      • Jeudi 8 Décembre 2022 à 16:05
        Argali
        C'est normal que des avis divergent. Pour un premier roman je l'ai trouvé très maîtrisé.
    2
    Vendredi 9 Décembre 2022 à 07:37
    eimelle

    le contexte pourrait m'intéresser, à voir ! 

      • Lundi 12 Décembre 2022 à 19:36
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :