• Le Théâtre de Liège

    Le Théâtre de Liège

    En 1779, le Prince-Evêque François Charles de Velbruck fonde la Société d’Emulation, académie qui a pour objectifs de cultiver et d’encourager les Arts, les Lettres et les Sciences. Elle s’installe dans un bel édifice de pierre « La Redoute » situé en face de l’université. L’incendie de l’immeuble en 1914, par fait de guerre, compromet son avenir. Ce n’est qu’en 1930 qu’elle inaugure un nouveau bâtiment reconstruit à l’emplacement de l’ancien. Elle connait dès 1946, une activité culturelle florissante, que ce soit en musique, théâtre, danse ou projections cinématographiques. Cela durera jusque dans les années 80.
    De 1985 à 2004, les étudiants du Conservatoire royal de Liège s’installeront dans le bâtiment. En 2005, il sera cédé à la ville qui, après de longues années de tergiversations, finit par y entreprendre des travaux colossaux, terminés en 2013.

     Le Théâtre de Liège

    Depuis le 3 octobre, le « Théâtre de la Place » y a pris ses quartiers pour devenir désormais le « Théâtre de Liège ». La première saison est riche de 36 spectacles dont quatre premières belges et huit créations.

    Le Théâtre de LiègeLe Théâtre de LiègeLe Théâtre de LiègeLe Théâtre de Liège

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 2 Février 2014 à 20:18
    eimelle

    un mélange d'ancien et moderne qui a l'air plutôt réussi!

    2
    Dimanche 2 Février 2014 à 21:46

    J'aime beaucoup la frise qui semble reprendre un texte... Sais-tu de quel pièce de théâtre il s'agit ?

    Bises du Québec

    3
    Lundi 3 Février 2014 à 19:32

    La frise est de l'un des architectes Pierre Hebbelinck. Issue de son imagination.

    4
    Lundi 3 Février 2014 à 19:53

    Tout simplement !

    Lorsque tu y retourneras, pourras-tu prendre la phrase en note pour moi si tu y penses. Elle semble vraiment belle... deux personnes qui se donnent rendez-vous, mais se manque et... (je n'arrive pas à lire la suite). Je suis une incorrigible curieuse !

    Ce matin, une autre lectrice belge nous a rejoint pour le swap : Carnet de lecture ! 

    A bientôt.

    5
    Dimanche 16 Février 2014 à 23:09

    Voici la phrase qui orne la salle des pas perdus :
    " Le 5 octobre 1963, alors qu'il ne l'avait plus revue depuis des années, Alberto M vint au rendez-vous que Elsa M lui avait donné dans cette salle, un soir de gala. Après un regard furtif autour de lui, il la découvrit dans un coin, en train de parler à un inconnu dont le chapeau et le manteau étaient pratiquement identiques à ceux qu'il avait l'habitude de porter auparavant. Il se dit que Elsa avait dû prendre cet homme pour lui-même et profondément déçu par cette méprise, décida de rentrer chez lui, sans même lui signaler sa présence. Seul dans la rue, Alberto M pensa avec angoisse qu'il n'avait pas vraiment dévisagé la jeune femme parlant à l'inconnu. S'il l'avait prise pour Elsa, c'était uniquement à cause de la petite robe imprimée qu'elle portait souvent lorsqu'ils vivaient ensemble."


    J'ai assisté à ma première pièce là-bas cet après-midi. Les fauteuils sont confortables et l'acoustique est bonne. mais nous étions au rang R et c'est beaucoup trop haut. Après deux heures, j'avais la nuque douloureuse de l'avoir gardée vers le bas si longtemps.

    6
    Lundi 17 Février 2014 à 14:30

    Oh ! Merci infiniment Argali d'avoir pensé à relever cette phrase pour moi, elle est splendide. L'on pense tout de suite à Alberto Moravia et Elsa Morante... Fiction ou réalité ? Pourquoi avoir choisi cette citation ? Je vais faire quelques recherches...  Merci encore ! J'adore !

    A bientôt.

    Marion

    7
    Lundi 17 Février 2014 à 16:37
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :