• Antigone, Jean ANOUILH

    Antigone, Jean ANOUILHVoilà. Ces personnages vont vous jouer l'histoire d'Antigone. Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. Elle pense qu'elle va être Antigone tout à l'heure, qu'elle va surgir soudain de la maigre jeune fille noiraude et renfermée que personne ne prenait au sérieux dans la famille et se dresser seule en face du monde, seule en face de Créon, son oncle, qui est le roi. Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. Elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout... Et, depuis que ce rideau s'est levé, elle sent qu'elle s'éloigne à une vitesse vertigineuse de sa sœur Ismène, qui bavarde et rit avec un jeune homme, de nous tous, qui sommes là bien tranquilles à la regarder, de nous qui n'avons pas à mourir ce soir.
    Le jeune homme avec qui parle la blonde, la belle, l'heureuse Ismène, c'est Hémon, le fils de Créon. Il est le fiancé d'Antigone. Tout le portait vers Ismène : son goût de la danse et des jeux, son goût du bonheur et de la réussite, sa sensualité aussi, car Ismène est bien plus belle qu'Antigone, et puis un soir, un soir de bal où il n'avait dansé qu'avec Ismène, un soir où Ismène avait été éblouissante dans sa nouvelle robe, il a été trouver Antigone qui rêvait dans un coin, comme en ce moment, ses bras entourant ses genoux, et il lui a demandé d'être sa femme. Personne n'a jamais compris pourquoi.
    (Extrait du prologue) 

    Mon avis :

    Antigone fait partie des pièces que j’ai le plus appréciées durant mes études. En lisant cet automne « Le quatrième mur » de Sorj Chalandon, j’ai éprouvé l’envie de m’y replonger. Le challenge d’Eimelle m’en a donné l’opportunité.

    Antigone est une pièce en un acte de Jean Anouilh, représentée pour la première fois au théâtre de l’Atelier à Paris, le 4 février 1944. C’était alors l’Occupation allemande. Connaissant parfaitement la pièce de Sophocle, il éprouva le besoin de la réécrire, le jour ou des « petites affiches rouges » furent placardées dans Paris, dénonçant les agissements de 23 résistants du groupe Manouchian, dont se tenait le procès. Sa pièce eut une résonnance particulière au vu des événements tragiques de l’époque. (Nicolas d’Estienne d’Orves évoque le succès de cette pièce, applaudie par les Français et les Nazis, dans son livre « Les fidélités successives »)
    En effet, Antigone, frêle jeune fille particulièrement déterminée, fut considérée comme l’allégorie de la résistance face à la loi inique.
    Issue de l’union fatale d’Oedipe et de Jocaste, Antigone est aux prises avec son destin, en révolte contre l’ordre des hommes tandis que les gardes du défunt Polynice, eux, agissent aveuglément au service du pouvoir. Ils apparaissent comme déshumanisés ne cherchant qu’à monter en grade.

    Antigone, c’est une voix qui s’élève contre tous ; le caillou dans la chaussure ; la voix des femmes dans un monde d’hommes.  

    Je me souviens m’être identifiée à cette jeune fille à l’adolescence. Et avec plus de nuance, je m’y reconnais encore aujourd’hui. J'ai pris beaucoup de plaisir à relire cette pièce et l'âge aidant, j'y ai certainement mieux goûté. Et si vous ne l'avez encore fait, je vous conseille vivement de découvrir le roman de Chalandon qui met merveilleusement cette pièce en perspective.

    La vie c'est un livre qu'on aime, c'est un enfant qui joue à vos pieds, un outil qu'on tient bien dans sa main, un banc pour se reposer le soir devant sa maison.

     

    Antigone, Jean ANOUILH




    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 18 Janvier 2014 à 10:37
    sophie/vicim

    C'est une pièce excellente... Si tu veux continuer à t'éclater avec les héroïnes mythologiques, j'ai lancé un challenge Médée... Bon week-end

    2
    Samedi 18 Janvier 2014 à 10:41

    Voilà une lecture qui ne nous rajeunit pas, pour moi aussi cela date de mon adolescence. Mais je pense que j'aurais du mal à m'y replonger cependant. Bon week-end !

    3
    Samedi 18 Janvier 2014 à 14:30
    Anne (desmotsetdesno

    J'vais e même bouquin à l'école ! Que de souvenirs autour de cette pièce, en rhéto et au conservatoire, en art dramatique !!

    4
    Samedi 18 Janvier 2014 à 14:31
    Anne (desmotsetdesno

    Eh bé pardon, j'ai été trop vite : j'Avais Le même bouquin.

    5
    Samedi 18 Janvier 2014 à 18:12
    eimelle

    une pièce qui nous parle différement en vieillissant, et dans laquelle on se retrouve toujours..; merci pour ta participation au challenge!

    6
    Samedi 18 Janvier 2014 à 18:35
    LireauxWC

    Ah, que de souvenirs... Ca me ramène au lycée aussi, et ça donne un petit goût de reviens-y!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :