• Hunger Games, Suzanne COLLINS

    Hunger Games, Suzanne COLLINSLes Hunger Games ont commencé. Le vainqueur deviendra riche et célèbre. Les autres mourront...

    Dans un futur sombre, sur les ruines des Etats-Unis, un jeu télévisé est crée pour contrôler le peuple par la terreur. Douze garçons et douze filles tirés au sort participent à cette sinistre téléréalité, que tout le monde est forcé de regarder en direct. Une seule règle dans l'arène : survivre, à tout prix.

    Quand sa petite sœur est appelée pour participer aux Hunger Games, Katniss n'hésite pas une seconde. Elle prend sa place, consciente du danger. A seize ans, Katniss a déjà été confrontée plusieurs fois à la mort. Chez elle, survivre est comme une seconde nature... 

     

    Mon avis :

     

    J’avais beaucoup entendu parler de ce livre sur les blogs. J’avais lu des critiques dithyrambiques. Pourtant ce roman ne m’a jamais attirée. Quand mon fils m’a emmené le voir au cinéma, je me suis dit que c’était l’occasion de découvrir cette petite merveille. Quelle déception !

    L’héroïne tant encensée sur les blogs m’est apparue arrogante et peu affable. La première partie du film est d’une lenteur abominable – d’accord tout se met en place, mais on pouvait faire plus court et plus clair – et la deuxième assez violente. Je m’en suis voulu d’avoir accepté que mon fils de douze ans voit ce film. Il a cependant aimé, lui. Au point de se plonger dans le tome 2 du récit, alors qu’il n’avait pas lu le premier.

    J’ai aimé, par contre, qu’on se rende compte de ce qui se passe hors de l’arène, de la manipulation et de la bassesse des producteurs de ce jeu. On visualise clairement le côté tout-puissant et injuste de la téléréalité en général, des Hunger Games ici.

     

    Pour ne pas rester sur cette désillusion, j’ai emprunté le premier livre. Hélas, cela ne m’a pas réconciliée avec cette histoire.

     

    Le roman diffère du film dans le sens où ce sont les pensées de Katniss qui sont relatées et il y a donc moins d’actions, de mouvements que dans le film. J’espérais plus de rythme, c’est raté. Mais de ce fait, l’héroïne prend une consistance qu’elle n’a pas du tout dans le film. Le monologue intérieur de Katniss qui nous est présenté la rend plus complexe dans le récit, hésitant sans cesse entre peur, courage et abnégation.

    Plutôt qu’un récit à la 1e personne, j’aurais aimé avoir une alternance de points de vue ; découvrir le jeu de l’extérieur comme dans le film ; comprendre qui tirait les ficelles et pourquoi. J’espérais aussi mieux comprendre le monde dystopique dans lequel les personnages évoluent mais il n’est pas très développé. J’ai cherché les raisons de la révolte des douze districts ou une description des autorités du Capitole, par exemple.

    Un petit plus, le personnage de Peeta que j’ai trouvé un peu fade dans le film m’est apparu différent dans le roman. Son humour m’a fait sourire quelques fois.

    L’écriture du roman est assez simple (pour ne pas dire simpliste) et surtout visuelle. Mais il est quasi impossible de se faire une représentation mentale personnelle après avoir vu le film. C’est sans doute dommage car tout n’est pas filmé exactement comme c’est écrit. Les fautes de grammaire sont légion, quant à l'utilisation du présent, je n'y accrocherai sans doute jamais.

     

    Si l’idée de départ est bonne, elle m’a semblé manquer de souffle. L’auteur ne va pas au fond des choses, des sentiments, des relations de cause à effet. De plus, je n’ai pas apprécié (mon côté maternel sans doute) qu’un récit pour la jeunesse utilise des enfants à peine pubères pour des combats à mort. Cela permet sans doute aux ados de s’identifier aux héros mais je ne trouve pas cela très sain. Le désespoir qui sous-tend le récit de bout en bout est déjà déstabilisant, la violence enfantine qui s’y ajoute, lui apporte une note d’inhumanité superfétatoire.

    De plus un paradoxe dérangeant m’a sauté aux yeux au fil de cette lecture : l’auteur dénonce la manipulation de masse par l’image et son récit devient lui-même un spectacle qui participe à ce qu’elle dénonce. Il fait de nous des voyeurs, tout comme les habitants des Districts, contraints eux, de regarder, et cela me gêne beaucoup.

      

    Hunger Games, Suzanne COLLINS

      

      

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 10 Avril 2012 à 09:50
    Anne Sophie

    j'ai adoré ! tout simplement !

    2
    elialec Profil de elialec
    Mardi 10 Avril 2012 à 10:10

    Waouw ! Tu prends un risque en critiquant LE succès YA du moment. Mon aînée a détesté, la seconde a adoré. Quel débat d'idées ce fut !! Suis neutre, pas lu, pas vu !

    3
    Mardi 10 Avril 2012 à 13:55
    niki/sheherazade

    j'ai vraiment beaucoup aimé toute cette trilogie 

    4
    Philippe D Profil de Philippe D
    Mardi 10 Avril 2012 à 17:53

    J'ai reçu le début du livre dans un petit carnet. Je n'ai même pas eu envie de le lire. Et tu ne m'y incites pas.

    5
    paikanne
    Mardi 10 Avril 2012 à 20:49

    J'ai beaucoup apprécié les deux premiers tomes ; le troisième m'a déçue...

    6
    Mardi 10 Avril 2012 à 23:05

    Je serai donc le dernier des Mohicans. Tant pis. Mais vous tous qui avez aimé, trouvez-vous que j'exagère ? Franchement, stylistiquement, c'est loin d'être un chef d'oeuvre, non ?

    7
    Mercredi 11 Avril 2012 à 09:17
    niki/sheherazade

    ersonnellement je ne sais pas ce qui fait d'un livre un chef d'oeuvre ou non, en tout cas cela met l'accent sur la lutte contre une société totalitaire - pour moi, c'est déjà un bon point

    évidemment si on compare aux soeurs brontë, à hugo ou balzac, on n'est dans une autre dimension 

    8
    paikanne
    Mercredi 11 Avril 2012 à 13:40

    Ce n'est pas de la "grande littérature" mais ce n'est quand même pas "mal écrit", l'écriture est efficace.  J'apprécie le fait que mes élèves les plus réfractaires à la lecture l'aient apprécié et, pour certains, aient lu les suites.

    9
    poukram
    Mercredi 11 Avril 2012 à 23:39

    L'incitation à la haine d'autrui et au meutre est mise en image. C'est une limite qui est franchi dans la barbarie médiatique qui utilise depuis peu la mane financière que représente le domaine de l'enfance. Comment se peut-il qu'aucune crititque voir plainte n'ai été déposée. Je te trouve ce film scandaleux, intolérable. Ce film (donc les livres) est une propagande contre le respect de l'enfant, manipulatoire envers les pré-adolescents, c'est un lavage de cerveau qui entraine l'anéantissement de la pensée et réduit l'enfant à un état dénué d'humanité. Quelle est cette femme ? Qu'elle haine doit-elle avoir en elle pour imaginer un monde où les enfants s'entre-tuent, cette femme imagine tuer des enfants pourquoi ! 

    Je pense qu'il faudrait créer un manifeste contre cette production.

     

    10
    Jeudi 12 Avril 2012 à 09:12
    niki/sheherazade

    la barbarie est présente partout, surtout dans les media, notre monde devient dénué d'humanité - le livre tente une mise en alerte contre de telles déviances - yves boisset l'avait aussi déjà fait il y a 30, à propos de la télé poubelle

    je trouve au contraire que la trilogie dénonce tout cela de manière intéressante, à la portée des jeunes

    et j'abhorre la censure

    11
    Jeudi 12 Avril 2012 à 09:43

    Il n'est pas question de censurer pour moi. Juste de donner mon avis et de regretter que la violence se banalise à ce point. Je suis juste surprise que des lecteurs adultes, de qualité, soient emballés par ce livre. Ou alors j'ai raté quelque chose...

    12
    Jeudi 12 Avril 2012 à 10:01
    niki/sheherazade

    c'est vrai que la violence se banalise, mais c'est justement le but de suzanne collins = la dénoncer, pour éviter des dérives de ce type 

    13
    Jeudi 12 Avril 2012 à 10:12
    niki/sheherazade

    petit P.S. = nous lisons tous des polars, notamment ceux du nord qui ont tellement de succès actuellement - or il en est où la violence est parfois insupportable, comme dans "la femme en vert", d'indiasson qui est le chouchou actuel de la blogosphère - c'est parfois tout aussi insupportable, alors que faut-il faire ? ne lire quela comtesse de ségur ou les frères grimm = c'est plein de violence également (parents qui abandonnent leurs enfants dans les bois, un ogre qui veut les dévorer, un petit garçon qui par une astuce fait couper la tête aux enfants de l'ogre pour sauver ses frères et soeurs, - et ça ce n'est que le petit poucet)

    chez la comtesse, sophie est battue par madame fichini, sa mère adoptive, le jeune charles est sans arrêt maltraité par madame macmiche - faut il supprimer hugo parce que cosette est traitée pire qu'un chien ? On donne aussi cela à lire à nos jeunes - mon fils aîné fut bouleversé lorsqu'en 3ème secondaire on lui fit lire le père goriot, malheureux homme mal traité par ses filles (comme le roi lear d'ailleurs) - alors on fait quoi ? la sauce disney ? les princesses idiotes qui chantent en attendant le prince charmant ?

    14
    Jessy James
    Jeudi 12 Avril 2012 à 20:31

    Personnellement, je trouve qu'il y a une grande différence entre de la violence lue et de la violence montrée. L'esprit adoucit, édulcore s'il le veut quand on lit. L'image montre la violence brute. Et dans ce film précisément, même si la violence est suggérée à 75%, il reste du sang qui gicle, une lance qui transperce, un chien qui mord...  Et surtout des jeunes forcés d'être là et qui entrent dans le jeu avec une facilité déconcertante, sans le moindre état d'âme (excepté les héros du 12). Pour moi, le film devrait être ENA, comme il l'aurait été il y a encore dix ans. Il y a un âge pour tout.


    Ainsi pour les polars, ce ne sont pas des enfants de 10, 12 ans qui les lisent et les adultes ont suffisamment de recul pour faire la part des choses.


     

    15
    Ja ne Austen
    Jeudi 12 Avril 2012 à 21:10

    La différence que je vois, Niki, entre les livres que vous citez et celui-ci, c'est que les vôtres dénonçaient une violence contemporaine et avaient raison de le faire. Celui-ci laisse entendre que dans l'avenir ce sera ainsi et que l'on s'en délectera. La nuance est grande.

    16
    kastor
    Vendredi 13 Avril 2012 à 10:18

    Je ne m'étendrai pas sur le domaine de la violence. Mais en ce qui concerne les qualités littéraires du livre, je suis resté sur ma faim. Je n'aime pas le passé composé dans un récit. Ni les répétitions de mots (5 fois le même mot sur une demi page...). L'histoire est accrochante mais je regrette que l'on ne soigne pas davantage l'écriture dans les romans pour les adolescents. Lisez le site de Livraddict où la plupart ont moins de 25 ans et voyez comme ils s'expriment mal par écrit !! Peut-être cela les aiderait-il si les récits qu'ils lisent étaient soigneusement rédigés.

    17
    Vendredi 13 Avril 2012 à 12:57
    niki/sheherazade

    une chose semble évidente = c'est mal traduit, car en anglais, je n'ai pas remarqué le manque de qualité littéraire

    18
    Olivier M
    Mardi 17 Avril 2012 à 15:36

    Chacun est libre de ses choix et de ses goûts et je n'aime pas non plus la censure. Cependant votre article me fait réfléchir. J'ai apprécié cette lecture quant à l'histoire mais vous soulevez un point intéressant quant à la violence. Une observation juste qui ne m'a pas effleuré sur le moment. Le film va toucher un public plus large et plus jeune que le livre et là, vraiment, c'est interpellant. La dernière pharse de votre billet me secoue un peu, j'avoue. A méditer.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :