• Tokyo Home, CYRIELLE - GLORIS

    Julie a 17 ans. Suite à une dispute avec sa mère, elle débarque au Japon pour rejoindre son père. La tête pleine de clichés et d’assurance occidentale. Très vite, elle va être confrontée au choc des cultures. D’autant que son père a oublié d’aller la chercher à l’aéroport.

    Dès son arrivée,  son père impose une condition à son hébergement, obtenir son premier degré en apprentissage de la langue japonaise. Elle est donc inscrite au lycée international. Un bel effort d’adaptation va lui être nécessaire.

     

    Mon avis :

     

    Attirée par la couverture et la physionomie sympathique du personnage, je me suis laissé tenter par cette BD. J’ai été ravie par cette découverte. Les puristes me diront sans doute que des Français qui réalisent des mangas, c’est aussi incongru qu’un Japonais cuisinant des tripes à la mode de Caen mais j’ai aimé le mélange entre dessins japonisants et humour occidental.

    Historien de formation, Thierry Gloris est aussi le scénariste de « Malgré nous » et du très bon « Codex angélique » chez Delcourt. Quant à Cyrielle, vous avez dû croiser ses illustrations dans le magazine Julie chez Milan, de nombreux manuels scolaires ou encore dans « Les petites sorcières » chez Fleurus.

     

    Le récit nous plonge dans le Japon d’aujourd’hui et nous révèle de nombreux cotés de la culture et des habitudes japonaises. De plus en plus de récits ont pour toile de fond ce pays et à travers des autobiographies ou des récits fictionnels, nous pouvons entrer dans la réalité sociale et culturelle de cette nation loin, finalement, des clichés et des fantasmes que d’aucun voudraient nous voir cultiver.

    Les dessins sont délicats et agréables à regarder. Le style est dynamique, jeune et très drôle. Il y a beaucoup de fraîcheur dans cette BD de type Shojo (manga pour filles). De même que dans la description du Tokyo que nous ébauche Julie avec ses jeunes yeux d’européenne. La courtoisie, la politesse, la délicatesse, la retenue… sont les premières valeurs qu’elle va (re)découvrir.

    Sinon, la vie d’une étudiante là-bas n’est pas bien différente de celle d’une étudiante ici. Mêmes cours, mêmes rivalités féminines, mêmes copains de classe plus ou moins sympas, mêmes problèmes existentiels liés à l’adolescence… Et ici ou là-bas, il est tout aussi difficile de se faire accepter par les autres. Le poids du regard et les préjugés ont la vie dure quel que soit le côté de l’océan.

    A conseiller de 10 ans à 90 ans, chaque âge y trouvant ses plaisirs.

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :