• Le dernier ami de Jaurès, Tania SOLLOGOUB

    Le dernier ami de Jaurès, Tania SOLLOGOUBRue de la Tour à Paris, une fenêtre éclairée sous les toits. Derrière cette fenêtre, un homme écrit un éditorial pour le journal L’humanité. Il espère de toutes ses forces qu’une grève générale, internationale, pourra empêcher la guerre. Il s’appelle Jean Jaurès, il est en danger de mort. Près de lui, le peuple de Paris a juré de le protéger. Ils s’appellent Suzanne, Lucien, Mallavec, Paul.
    En cette fin du mois de juillet 1914, Paul a quinze ans, il ne croit pas encore à la guerre. Il est tombé fou amoureux de Madeleine, une jeune fille de la bourgeoisie, à qui il n’a pas le droit d’adresser la parole.
    Ce soir-là, rue de la Tour, en gravissant les marches qui mènent à la chambre de Jaurès, il ignore que cet homme va non seulement lui accorder sa confiance, devenir le confident de son secret, mais aussi, lui donner la force de changer son destin.

    Mon avis :

    Tania Sollogoub est économiste, enseignante et maitre de conférences à l’IEP de Paris. Elle est aussi écrivain pour la jeunesse dans le but de « changer le monde et prendre ses rêves au sérieux ».

    Son roman nous conte la genèse de la Première Guerre mondiale, en six parties, évoquant des rues ou immeubles de Paris. Du 28 juin au 31 juillet 1914, de l’assassinat de l’archiduc d’Autriche, François-Ferdinand, à celui de Jean Jaurès, nous découvrons les temps forts à l’origine de ce sanglant conflit.
    Chaque partie débute par quelques pages en italique racontant les grands événements historiques qui ont marqué ces quelques semaines. Ensuite, l’auteure nous entraine dans Paris où nous suivons Jean Jaurès et des gens du peuple qui l’ont côtoyé, vivant au rythme de l’actualité, d’espoir de changement en crainte pour l’avenir. Les ouvriers espèrent en des jours meilleurs, en une union des travailleurs voire une grève générale qui s’étendrait au-delà des frontières et empêcherait par-là même la guerre dont certains parlent du bout des lèvres. Car il faut que les choses changent : la richesse des uns est trop grande par rapport à la misère des autres. L’exploitation de l’homme par l’homme ne peut continuer. Que ce soit en France ou en Russie ou ailleurs, le peuple menace. Les prolétaires européens parlent de Révolution.

    C’est dans ce contexte que Paul, quinze ans, tombe amoureux. Un amour impossible. C’est aussi le moment où, grâce à son beau-père, il fait la connaissance de Jaurès. En quelques semaines, sa vie et celle de l’Europe va basculer.

    Alliant récit historique clair, rigoureux mais abordable pour les plus jeunes et récit de vie narrant les premiers émois de Paul, l’amour que partagent Suzanne et Lucien, les espoirs de Mallavec et de Catherine, ce roman destiné aux 12–16 ans est remarquable. En mêlant réalité et fiction, Tania Sollogoub rend compte avec justesse du bouillonnement de cette période. Bouillonnement d’idées, de vie, d’espoirs qui prendront malheureusement fin tragiquement. Dans une langue riche, elle réussit à nous faire vivre au rythme du Paris de l’époque, mettant l’Histoire à portée des plus jeunes.
    En cette veille du centenaire de la Première Guerre mondiale, ce roman magnifique vaut la peine d’être proposé aux adolescents afin qu’il découvre une époque rarement écrite pour eux.

     

    Le dernier ami de Jaurès, Tania SOLLOGOUB

     

     

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 11 Septembre 2013 à 21:42
    Anne (desmotsetdesno

    Je le note !! Merci pour cette chronique.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :