• Noirs complots sur Bruxelles, NICODEME et LEFEVRE

    Romans jeunesseDestination Bruxelles pour Olivia et Jonathan Cavendish ! Le week-end s’annonce bien… jusqu’à l’embarquement, gare du Nord. Tiphaine, leur mère, annule son départ au dernier moment. Elle ne retrouvera ses enfants que pour mieux disparaitre. Que leur cache-t-elle ? Sa vie est-elle en danger ? Agressions, manipulation, filatures… Sous des trombes d’eau, Olivia et Jonathan tenteront de mettre au jour les sombres complots qui menacent la capitale belge.

     

    Mon avis :

     

    Ce roman policier pour les jeunes est assez plaisant. Le rythme est enlevé et les fausses pistes parsèment le récit. Les personnages sont finement observés et les tensions familiales participent à l’humeur des protagonistes et à leurs réactions à fleur de peau. De plus, l’humour est présent au fil des pages.

    Tout en décrivant Bruxelles, ses rues, ses monuments, ses spécialités et son parler inimitable, les auteurs proposent aux jeunes lecteurs une véritable enquête, aux nombreux mystères, les menant au cœur de la politique européenne. Les deux enquêteurs sont jeunes eux aussi et leurs réactions comme leur manière de s’exprimer sont proches de celles de leur génération.

    Cela devrait plaire aux jeunes dès 11 ans.

     

    Pourtant je n’ai été qu’à moitié séduite.

    D’abord, j’ai trouvé assez réducteur de présenter le pays comme vivant sous une pluie incessante. N’exagérons rien, nous ne sommes pas le nord de l’Ecosse ! Pluie et brouillard ne constituent pas, heureusement, l’unique météo du pays.

    Ensuite, les auteurs parsèment leur récit de belgicismes qu’ils traduisent ou expliquent mais tous ne sont pas employés à bon escient. Ainsi l’expression « tire ton plan » est employée à la forme impérative et manifeste un certain agacement de la part de celui qui l’emploie. On ne dit pas « vous ne saurez pas tirer votre plan ».

    De même, s’il est courant en Belgique d’employer « savoir » à la place de « pouvoir » cela ne se fait que dans certaines conditions. Ainsi « savoir » a le sens « d’avoir la possibilité de, être capable de » tandis que « pouvoir » garde le sens de « être autorisé à ». On ne dira pas donc pas s’il s’agit d’une interdiction d’entrer quelque part : « Vous ne savez pas entrer ».

    Enfin, j’ai moyennement apprécié le mélange de narrateurs internes et d’un narrateur omniscient. La plupart des chapitres sont en fait le récit rédigé par les enfants dans leur journal de bord tandis que les autres (8 sur 27) relatent l’action en direct.

     

    L’idée de la série est cependant intéressante : présenter un pays européen à chaque aventure de la famille Cavendish et concourra, je l’espère, à une meilleur connaissance de nos voisins.

     

      

    Un grand merci à Samia des Editions Nathan pour cet envoi et cette découverte !

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 16 Juillet 2011 à 20:48

    Un policier pour enfants, ça ne doit pas être trop courant. L'idée est bonne.

    Un pays à découvrir par épisode, c'est aussi une bonne idée.

    Quant à l'empli des belgicismes, surtout s'ils ne sont pas employés à bon escient, là, je n'adhère pas.

    Passe un bon dimanche ... sous la pluie sans doute.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :