• De l'arsenic pour le goûter, Robin STEVENS

    De l'arsenic pour le goûter, Robin STEVENS« Je n’aimais pas du tout ce grossier Mr Curtis, et d’après les vibrations de colère que je percevais chez Daisy, j’ai compris qu’elle partageait mon opinion... »
    Nouvelle affaire pour les détectives privées Daisy et Hazel !
    Daisy fête son anniversaire avec la famille au grand complet dans sa maison de Fallingford. Mais l’ambiance est étrange : Mr Curtis, un invité surprise que tout le monde déteste, ne semble vraiment pas digne de confiance.
    Le thé est servi, Mr Curtis tombe gravement malade, empoisonné. Que s’est-il passé ?
    Difficile d’enquêter quand on imagine que tout le monde a une bonne raison d’être coupable...

     

    Mon avis :

    Deuxième tome des aventures de Daisy et Hazel, jeunes filles de bonne famille, pensionnaires de Deepdean et fondatrices de son club de détective.
    Pour ses quatorze ans, la famille de Daisy s’est réunie à Fallingford et ses amies Beanie, Kitty et son inséparable Hazel ont également été invitées. A la surprise de tous, arrive Mr Curtis, un antiquaire que Mrs Hastings a invité. Que vient faire cet inconnu à cette fête de famille ? Pourquoi Mrs Alston, la gouvernante de Daisy, est-elle si distante envers lui ? Pourquoi Mrs Hastings, au contraire, semble-t-elle si familière ?

    Ce récit nous plonge à nouveau dans l’Angleterre des années trente. On retrouve avec délices le style de Robin Stevens qui m’avait déjà séduite dans « Un coupable presque parfait ». En quelques traits précis, elle dépeint avec maitrise une belle demeure anglaise du 19e siècle que le temps et le manque d’argent ont quelque peu fanée. Avec sérieux et humour, elle nous fait revivre les us et coutumes de la noblesse anglaise de l’entre deux guerres, les traditions vestimentaires, alimentaires et éducatives. Ayant dévoré les romans d’Agatha Christie, j’ai pris un grand plaisir à me plonger dans ce tome qui, par de nombreux aspects, lui rend hommage.

    En effet, on y retrouve des caractéristiques chères à la reine du crime : meurtre en huis clos, empoisonnement, étude des caractères et de la psychologie des personnages, enquêtrices observatrices et futées, charme british désuet qui se dégage de l’ensemble.

    Cet ouvrage (deuxième tome de ce qui semble devenir une série) est idéal pour familiariser les plus jeunes au roman policier et leur donner le goût de la découverte des classiques Christie et Conan Doyle. Cependant, par la personnalité des enquêtrices et le point de vue narratif, il risque fort de tenter davantage les filles que les garçons qui pourront plus facilement s’identifier à ce duo féminin.

    L’intrigue, une fois encore linéaire, permet aux jeunes lecteurs de progresser dans leurs observations et déductions en même temps que les héroïnes et d’émettre des hypothèses sur le coupable. Mais ils risquent bien d’être surpris par le dénouement.
    En parallèle, l’auteure aborde des thèmes intemporels qui parleront aux jeunes : l’amitié, les rapports familiaux, la relation mère-fille et le désir d’indépendance propre à l’entrée dans l’adolescence.

    Avec humour et intelligence, Robin Stevens nous propose une enquête trépidante so british qui ravira petits et grands.

    Merci aux éditions Flammarion pour cet envoi.
     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 15 Mai à 12:28
    Anne (desmotsetdesno

    Tu conseilles cette série pour quel âge ?

      • Mardi 16 Mai à 15:52

        Flammarion dit 11 ans, je pense que début secondaire c'est parfait. Les héroïnes ont 13 ans dans le 1er et 14 ans dans celui-ci. Mais j'y ai pris plaisir aussi. wink2

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :