• Dear George Clooney, Tu ne veux pas épouser ma mère ? Susin NIELSEN

    Dear George Clooney, Tu ne veux pas épouser ma mère ? Susin NIELSENViolette a une mère qui ne sort qu’avec des losers depuis son divorce. Violette n’en peut plus, mais sa mère a désespérément envie de refaire sa vie et continue à accepter de nouveaux rendez-vous.  Ce soir-là, le rendez-vous s’appelle Dudley Wiener, illico surnommé la Saucisse. Il adore les vide-greniers et les blagues nulles et ne plaît pas DU TOUT à Violette qui décide de prendre les choses en main. Elle va écrire à George Clooney pour lui demander un petit service et filer Dudley : si la Saucisse a un cadavre dans son placard, elle le trouvera !

     

    Mon avis :

     

    Le sujet – la difficulté d’accepter et de vivre après le divorce de ses parents - n’est pas neuf. Beaucoup de romans nous content l’angoisse des enfants, le déni et les affres de la vie d’une famille recomposée. Pourtant, ce roman vaut la peine d’être lu car il évoque ce drame avec beaucoup d’humour et de légèreté. Violette, la narratrice, porte un regard très lucide sur les adultes mais aussi sur elle-même. Aidée de sa meilleure amie, Phoebe, elle parvient à analyser clairement les situations et aussi ses réactions, parfois puériles, face à la nouvelle vie de ses parents.

     

    Son père, réalisateur pour le cinéma, est parti vivre à Los Angeles avec sa nouvelle épouse et leurs jumelles. Sa mère, coiffeuse, est restée à Vancouver avec ses deux filles. D’un côté, c’est luxe, paillettes et faux semblants, de l’autre on tire le diable par la queue, dans une maison qui se transforme peu à peu en taudis faute d’argent. Pour couronner le tout, Violette va sur ses treize ans, se sent moche, mal dans sa peau et est la tête de turc préférée d’un duo de chipies blondes qui sévit au collège.

     

    Violette est frustrée, délaissée, malheureuse et ne se prive pas de le faire savoir. Son père est un égoïste qui n’a d’yeux que pour ses jumelles alors que sa petite sœur de 5 ans lui voue un amour inconditionnel et sa mère joue les adolescentes, ce qui fait honte à Violette. La goutte d’eau qui fait déborder le vase est l’arrivée de Dudley, moche, ringard et amateur de calembours idiots. Violette prend le taureau par les cornes et écrit à George Clooney, le seul homme qu’elle juge digne d’entrer dans la vie de sa mère.

    Cette idée loufoque va entrainer l’adolescente dans une aventure un peu folle, tout en lui permettant de réaliser qu’aucun homme ne pourra jamais, finalement, remplacer son père à ses yeux.

     

    Susin Nielsen a commencé sa carrière en rédigeant des scénarios pour la série canadienne pour adolescents « Collège Degrady ». On sent qu’elle connait bien les jeunes – et le monde du cinéma – car ses propos font mouche. Rien n’est infantile dans les paroles et réactions de Violette, ou décalé. Elle réagit comme n’importe quelle ado pourrait le faire, dans la même situation. Les relations entre jeunes à l’école sont également très bien décrites. Le langage ado est vivant, les réactions épidermiques et l’humeur cyclotimique sont décrites avec à propos et humour. On peut aisément visualiser les scènes décrites que l’on a tous vécu un jour. Comme ado ou comme parent d’ado.

     

    Je suis très contente que Nahe m’ait envoyé ce roman lors de notre swap jeunesse. J’ai vraiment beaucoup aimé le style, l’histoire et la manière de la traiter. Quant à savoir quel est le rôle joué par George Clooney dans le récit, il vous faudra le lire pour le découvrir. 

     

    D’autres récits parlant des familles en crise : « Les zinzins de l’assiette », « Le cri du hibou », « A comme voleur », « Une toute petite histoire d’amour », « Crime City », « L’Amerloque » et bien d‘autres…

     

     Dear George Clooney, Tu ne veux pas épouser ma mère ? Susin NIELSEN

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 1er Octobre 2012 à 22:11
    2
    Mercredi 13 Novembre 2013 à 02:38

    Mmmm, j'ai bien envie de me plonger dans celui-ci. J'ai lu pour ma part «Les maux d'Ambroise Bukowski » que j'ai beaucoup aimé. J'avais écrit à Susin Nielsen pour la remercier. Elle m'a répondu en toute simplicité. Nous échangeons désormais de temps en temps. C'est une femme à l'image de ses romans, ou plutôt ses romans sont à image : simples, justes et très humains.

    Merci pour ce billet... j'ajoute ce titre à ma (très) longue liste de lectures à venir. :-)

    Marion

     

    P.S.

    http://austintoutvabien.overblog.com/%C2%ABles-maux-d-ambroise-bukowski%C2%BB-de-susin-nielsen

    3
    Mercredi 13 Novembre 2013 à 13:37

    Merci pour cet avis et ce partage, Marion.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :