• Mon père est un parrain, Gordon KORMAN

    Mon père est un parrain, Gordon KORMANVince Luca rêve d’une vie normale. Difficile quand votre père est un des parrains de la mafia new-yorkaise. Cadavres dans le coffre et avocats véreux constituent son quotidien, et il est le seul membre de sa famille à réprouver les activités du clan. Pour ne rien arranger, voilà qu’il tombe amoureux de Kendra, la fille d’un agent du FBI… qui rêve d’épingler son père !

     

    Mon avis :

     

    Ce roman jeunesse, accessible dès 13 ans, est un petit régal d’humour.

    Alors que personne n’ose contrarier Anthony Luca, respecté parrain de la pègre locale, son plus jeune fils, Vince, 17 ans, ne veut rien avoir à faire avec son business, son argent et tout ce qui tourne autour. Bien sûr, il profite indirectement de l’argent de son père : il a une belle maison, une vie confortable, une mère qui ne travaille pas et a tout le temps de cuisiner de bons petits plats et de tenir sa maison impeccablement… mais il est aussi amené à surveiller tout ce qu’il dit car la maison est truffée de micros. Et quand les « oncles » viennent chez lui, tout le monde se retrouve à la cave, seul endroit qui semble échapper aux oreilles du FBI. Tout va se compliquer encore quand Vince va tomber amoureux de Kendra, la fille d’un agent important.

    Ce récit plein de rebondissements et de situations rocambolesques est un festival d’humour. Que ce soit Vince et son humour pince sans rire, Alex son meilleur ami aussi encombrant que sympathique, le passe-temps du père, menuisier raté ou le premier rancard amoureux de Vince qui tourne au cauchemar, tout est raconté de manière subtilement ironique.

    On ne s’ennuie pas un instant dans cette lecture. La narration de Vince est accrochante et ses états d’âme, dans les situations du quotidien, parleront aux jeunes. Comme tout ado, il se cherche, essayant de trouver sa voie en s’affranchissant de l’influence de son père. Et ses premiers émois amoureux ne sont pas particulièrement vécus sereinement vu le métier du père de Kendra. Ah, ce n’est pas simple d’être le fils d’un mafieux !

    L’intrigue est bien construite, délicieusement subversive et dynamique et à la fin, la morale est sauve. C’est un roman intéressant et très divertissant qui plaira aux lecteurs les plus récalcitrants.

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 5 Janvier à 19:39
    Anne (desmotsetdesn)

    "Les lecteurs les plus récalcitrants" : je prends bonne note (et ça me plairait bien, je crois !)

      • Dimanche 6 Janvier à 02:09

        Je me suis bien amusée à le lire.

    2
    Samedi 5 Janvier à 20:15

    Je me méfie des livres "marrants", mais d'après ce que tu dis, il tient bien la route. Je serais bien tenté...

    Bon dimanche. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :