• Elle s'appelait Marine, PHILIPPE DELERM

    Mes lecturesEntre les soirées à la ferme des Sorno, la pêche, le vélo, ses visites à sa grand-mère au cimetière de Saint-Jean et le collège, la vie de Serge Delmas, élève de 5e, s'écoulait, paisible et sans histoires. Puis Marine est arrivée, juste avant les vacances de Pâques. La nouvelle habite au château du Bouscat et son père est peintre. À Labastide, il y a des commérages... On parle aussi beaucoup de la construction de la centrale. Un référendum est prévu mais les événements vont bientôt prendre un tour plus tragique.

     

    Mon avis :

     

    On retrouve dans ce récit rétrospectif le phrasé et le style impeccable de Philippe Delerm. Plus qu’une histoire d’amitié entre jeunes adolescents, c’est aussi la vie d’un village, d’une région qu’il nous décrit. La vie aussi des habitants divisés par la construction d’une centrale nucléaire près de chez eux et prêts à tout pour faire entendre leurs idées.

    Ecrit en 1998, le roman a un peu vieilli dans le sens où les combats d’alors semblent bien loin et dérisoires aujourd’hui. Nous sommes blasés, résignés et seule une poignée d’irréductibles écologistes crient encore haut et fort « NON AU NUCLEAIRE ».

    Ce court roman très agréable à lire pourrait plaire aux jeunes dès 12 ans, si ceux-ci ont encore en eux la volonté de s’indigner.

     

    Mes lectures

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :