• Apaise le temps, Michel QUINT

    Une libraire, ça crée des dettes. D’argent parfois bien sûr, mais surtout de cœur.
    Lorsqu’Yvonne meurt, les souvenirs affluent pour Abdel, un jeune professeur de Roubaix. Il se revoit enfant entre les murailles de bouquins, prêt à avaler tout Balzac sans rien y comprendre. De là à accepter la succession, il y a un pas… que l’inconscient fait à l’aveuglette. Le voici bientôt en butte aux problématiques économiques du métier. Mais aussi aux dangereuses archives photographiques de son aînée. En fouillant les cartons, c’est tout un pan de la guerre d’Algérie qui renaît, entre partisans du FLN, harkis et OAS. En quoi ce passé concerne-t-il les habitués de la librairie ? Sans trop se garder de l’amour, Abdel mène l’enquête.

    Mon avis :

    Ouvrir un Michel Quint c’est avoir la certitude de passer un bon moment. Son écriture raffinée, ses métaphores originales et cinglantes, ses images d’une autre époque*... tout concourt à créer une atmosphère et un réel moment de plaisir littéraire.

    Né dans le Nord, Michel Quint y installe tout naturellement sa librairie, ce havre de paix hors du temps, lieu d’apprentissage, de partage et de fraternité. Ses personnages sont touchants et forts comme les gens du Nord. Entêtés, ils ne s’avouent pas facilement vaincus et sont prêts à transporter des montagnes pour honorer une promesse, un engagement. C’est exactement ce que va faire Abdel quand il apprend qu’Yvonne lui lègue sa boutique. Sans réfléchir aux conséquences, il accepte car ce n’est pas seulement une vieille librairie endettée, c’est sa maison, son passé et la mémoire du quartier. Il ne sait pas encore à quel point.

    J’ai pris un immense plaisir à lire ce court roman. Pour la langue bien sûr, pour l’atmosphère que sait si bien créer Michel Quint mais aussi pour les relations que les personnages nouent entre eux, laissant perler la tendresse ou la tension, l’irritation ou l’attendrissement. Des relations vraies, brutes, entières de toute façon.

    J’ai aussi découvert un pan de l’Histoire de France que je ne connais pas. D’abord parce que je n’étais pas née dans ces années-là, ensuite parce qu’en tant que Belge, je n’en ai pas entendu parler dans mes cours d’Histoire. Mais je pense que les Français non plus. L’immigration algérienne consécutive à l’indépendance, les tensions entre harkis et membres du FLN, les factions de l’OAS... tout cela ne doit pas faire partie du programme scolaire.

    Michel Quint fait vivre sous nos yeux une région sinistrée où le chômage explose mais où la générosité et l’humain ne sont pas des mots creux. Et cette histoire toute simple, nous transporte, nous tient en haleine et nous émeut. Son roman sonne comme une claque salutaire.
    C’est aussi une magnifique plongée au cœur du monde des livres, un hymne à l’amour aux libraires, aux librairies, à la littérature et à tout ce qu’elle peut apporter « Tu as l’âge de souffrir à cause des livres, désormais. » "Les livres, c'est comme les chats, on habite chez eux, pas l'inverse."

    Une pépite !
    Un immense merci à Babelio et les éditions Phébus pour cet envoi.

       

     

    *une vieille actrice musaraigne oubliée de tous, maigre à trouer ses gilets, riquiqui à se cacher entière derrière ses deux mains ouvertes

    *Elle est toute petite malgré ses talons, une quetsche dodue, cheveux noirs, courts à la Lulu, un visage charbonneux de star du muet

    *Abdel une perche à houblon, long et blond, dégaine de dandy, du lin informe...

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 17 Avril 2016 à 09:49
    Anne (desmotsetdesno

    Quel billet tentant ! ;-) (j'adore la citation sur le livres et les chats, très vraie en ce qui me concerne)

    2
    Dimanche 17 Avril 2016 à 18:53
    Alex-Mot-à-Mots

    Encore un billet tentateur pour ce roman.

    3
    Dimanche 17 Avril 2016 à 21:35

    Je n'ai lu qu'un livre de cet auteur, je pense.

    Je voudrais poursuivre...

      • Lundi 18 Avril 2016 à 07:34

        J'en ai lu quatre. J'ai aimé les quatre. Notamment pour sa langue.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :