• Aphélie, Mikella NICOL

    Une jeune travailleuse de nuit qui a toujours vécu par le regard des hommes voit ses habitudes bouleversées le soir où, dans un bar, surgit Mia, qui ne quittera plus ses pensées. Puis il y a cette autre fille qui a disparu et dont l’image passe en boucle au téléjournal. Prise de court, la narratrice tente de ralentir la dérive qui l’éloigne de son couple, et d’étouffer les souvenirs de B., ancien amour violent et magnétique. Le temps d’un été caniculaire et étrange, les personnages d’Aphélie dévieront de leur trajectoire pour se heurter à pleine force.

    Mon avis : 

    Pour un corps céleste, l’aphélie représente le point de sa trajectoire le plus éloigné du soleil. C’est l’exergue de ce récit d’une touffeur oppressante.

    La narratrice s’ennuie et se traine dans une vie qu’elle semble subir et non construire. Coupée du monde, elle s’autosabote sans chercher à s’engager dans sa relation ou son travail. Un ami d’enfance, Louis ; son compagnon du moment Julien ; son ex, violent et manipulateur B. sont les seules personnes qui peuplent sa vie ou ses pensées. Un soir, elle rencontre Mia dans un bar et c’est le coup de foudre. Elle espère alors qu’elle sera la clé qui la sortira de ce quotidien fait d’habitudes et d’ennui. Au même moment, la disparition d’Anaïs Savage, qu’elle semble reconnaitre va la fasciner et l’obséder.

    Est-ce la canicule, la torpeur dans laquelle évoluent les personnages ou la vie plate d’une héroïne angoissée mais je n’ai pas réussi à entrer dans cette histoire. Elle m’a passablement ennuyée. Même Mia, sensuelle, troublante, ne m’a pas émue.

    Je reconnais cependant des qualités littéraires certaines à ce texte. Le rythme est vif, l’écriture maîtrisée - peut-être trop - l’atmosphère bien rendue… mais il ne se passe rien. Si ce ne sont les longues introspections de la narratrice et sa fâcheuse tendance à ramener tout à elle : son bar, son ami, son copain… Les personnages secondaires n’ont pas l’air d’avoir de vie propre, on ne sait pratiquement rien d’eux et donc on ne s’y attache pas. Pas plus qu’à la narratrice et à son mal être.

    Je suis passée à côté de ce roman.

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 18 Février à 20:38

    J'ai appris un mot, c'est déjà ça ! Reste à le retenir ! 

    Bonne semaine. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :