• Art, Yasmina REZA

    Art, Yasmina REZAMédecin dermatologue, Serge aime l’art moderne et Sénèque, qu’il trouve « modernissime ». Ingénieur dans l’aéronautique, Marc a des goûts plus traditionnels et ne comprend pas que son ami Serge ait pu acheter « cette merde deux cent mille francs ». Quant à Yvan, représentant dans une papeterie, il aimerait ne contrarier aucun de ses deux précieux amis. Mais les disputes esthétiques autour du « tableau blanc » dégénèrent dans un crescendo hilarant et féroce qui ne laissera personne indemne...

    Mon avis :

    Serge est très fier de sa nouvelle acquisition, une toile de plus d’un m2 peinte en blanc ! De fins liserés blancs transversaux ornent cette toile qu’il vient d’acheter 200 000 francs ! Marc est atterré devant cette dépense indécente pour un tableau... blanc ! Il se confie à Yvan. Ce dernier, obnubilé par son mariage prochain, n’en pense rien mais ne veut pas contrarier ses amis.
    Cette toile blanche n’est pas sans rappeler « Grand Carré sur Fond Blanc » de Malevitch (1918). Une des premiers peintres abstraits du XXe dont le tableau monochrome avait suscité nombre de discussions.

    L’intérêt de cette pièce est la discussion argumentée, intéressante et drôle, à propos de l’art moderne et de l’art contemporain. Discussion qui dépassera la seule question de l’art et mettra chacun face à lui-même et face aux autres. Dans le cadre d’un rendez-vous entre amis de longue date, civilisés et cultivés, la violence des sentiments n’en éclate qu’avec plus de puissance. Malgré le langage soutenu, la politesse et le vocabulaire sophistiqué, des sentiments de plus en plus vils et bas vont apparaître. Mépris, condescendance, incompréhension, haine même... vont éclater et montrer que finalement, leur amitié n’est en fait qu’une façade.
    Cette pièce cathartique est un petit bijou de drôlerie et de férocité, un regard aiguisé sur les relations humaines et sociales. Je regrette vraiment de n’avoir pu la voir au théâtre jouée brillamment par Pierre Vaneck, Fabrice Luchini et Pierre Arditi.

    Fille d'un père ingénieur juif iranien et d’une violoniste hongroise arrivée en France pour fuir la dictature soviétique, Yasmina Reza étudie le théâtre et la sociologie à l'université de Nanterre. Cette pièce lui vaudra un Molière, en tant qu’auteur, en 1995.

     

    Art, Yasmina REZAArt, Yasmina REZA

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 28 Juillet 2014 à 05:57

    Je n'ai pas encore lu cet auteur, et là, le sujet ne m'intéresse pas.

    Bonne semaine. 

    2
    LaFée
    Lundi 28 Juillet 2014 à 08:01
    Je l aime beaucoup, et mes élèves aussi:-) la version avec Luccini disponible sur internet est assez sympa aussi, à défaut de la voir en vrai
    3
    Lundi 28 Juillet 2014 à 09:25

    Ha merci, je vais aller voir ça. Ces trois bons acteurs ont dû faire un petit bijou de cette pièce.

     

    4
    Lundi 28 Juillet 2014 à 11:06
    eimelle

    j'avais vu cette version à la TV, j'en garde un bon souvenir!

    5
    Lundi 28 Juillet 2014 à 22:29
    sophie

    J'aurais adoré voir cette pièce avec Luchini !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :