• Bleuets et abricots, Natasha KANAPE FONTAINE

    Bleuets et abricots, Natasha KANAPE FONTAINE 

    Un cri s’élève en moi et me transfigure. Le monde attend que la femme revienne comme elle est née : femme debout, femme puissance, femme résurgence. Un appel s’élève en moi et j’ai décidé de dire oui à ma naissance.

    Mon avis :  

    A 27 ans à peine, Natasha Kanapé Fontaine est une des meilleures représentantes du peuple Innu et des Premières Nations dont elle est la fière défenderesse. Du Québec en Europe, elle porte la parole de son peuple et un message d’ouverture et d’attention à l’autre. Sa démarche littéraire (et artistique) a pour but de rassembler les peuples par le dialogue et le partage de valeurs.

     

    Pays mien ô

    Voici ton nom

    Lové entre mes entrailles

    Sable et plages

    Lune et pierres

    Son troisième recueil de poésie « Bleuets et abricots » en est un brillant témoignage. Il retrace l’histoire d’un peuple. Ses mots invitent au métissage (le bleuet québécois, l’abricot d’Haïti) et parlent de réconciliation et d’enrichissement mutuel. Ils redonnent la parole aux femmes. Ils évoquent la marche, la cueillette, la chasse. Ils décrivent la saveur, la beauté, la couleur.

    Les fleurs bleues éclosent

    nommer l’été perpétuel

    entre les doigts d’un enfant

    dire le temps de savourer la baie mûre

    qui répand son nectar sur le fleuve

    Mais ils parlent aussi de migration d’un peuple qui fuit ses souvenirs de réserve, de pensionnats pour partir en quête de liberté et d’une vie meilleure. Les mots se font alors durs, portant la révolte, la colère, le cri d’une femme blessée, d’un peuple génocidé.

    Moi

    femme d’entre toutes les femmes

    nation d’entre toutes les nations

    je reprendrai le nom de mes ancêtres

    J’ai enfin retrouvé mon nom

    j’ai enfin retrouvé mon visage

    il voguait sur les eaux des océans

    il pleurait avec les boat people

    mangez mon corps et buvez mon sang

    voici le sacrifice du gran nèg

    qui a construit pays mien avec son front

    la sueur sur ses tempes

    la corne dans ses paumes

    les dents dans la canne

     

    Bleuets et abricots adoucissent la douleur et ravivent la mémoire. Un recueil fort et fier qui fédère, rassemble, émeut et donne à penser.

    Magnifique.

      

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jacqueline
    Samedi 24 Mars à 17:14
    Des mots qui portent ...
    2
    Dimanche 25 Mars à 20:52
    gambadou

    Très beau, merci pour ce partage

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :