• Candidate, Christine FERET-FLEURY

    Candidate, Christine FERET-FLEURYElle pensait être entrée en politique par amour, mais rien ne l’avait préparée à trouver son amant mort à côté d’elle, un matin d’hiver. Ni à se retrouver, du jour au lendemain, à la tête d’un parti. A devoir répéter des discours que d’autres avaient préparés pour elle. A devenir l’enjeu de toutes les passions.
    Trop de pressions, trop de secrets, trop de masques sur les visages qui l’entouraient. Elle ne voulait plus être leur marionnette.
    Ces masques, elle allait les arracher. Un à un.

    Mon avis :

    Ce roman de Christine Féret-Fleury arrive à point nommé, en pleine campagne électorale française. Après avoir dévoré la série « Les hommes de l’ombre » et vu « Chez nous », il me fallait absolument lire « Candidate » d’une auteure que j’apprécie beaucoup.

    Comment peut-on garder ses illusions, ses convictions, son honneur même, une fois qu’on entre en politique ? Comment rester fidèle à soi-même une fois la plongée dans le grand bain médiatique réalisée ? C’est à tout cela, et plus encore, que Laure Meziani va être confrontée. Cette brillante diplômée de Sciences Po ne s’attendait pas à entrer dans un univers aussi impitoyable, à être en buttes à autant de turpitudes. Mais elle apprendra vite.

    Ce thriller politique nous entraine inévitablement à établir un parallèle entre l’histoire qu’il nous narre et ce qui se joue sous nos yeux depuis le début de la campagne électorale. Il est l’occasion pour les jeunes adultes, peut-être peu enclins à parler politique, de découvrir l’envers du décor et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne donne pas envie. Je ne pense pas qu’il les réconciliera avec la politique.
    Mais au-delà des secrets, des ruses et des manipulations, Christine Féret-Fleury nous propose une histoire parallèle, un secret de famille au cœur duquel on retrouve Aubry et Renate, un frère et une sœur, décidés à comprendre, voire à venger, le passé.

    J’ai aimé le choix du thème principal, original en littérature young adult ; le rythme soutenu du récit, l’atmosphère pesante et malsaine qui s’intensifie peu à peu. J’ai apprécié l’évolution du personnage de Laure qui perd rapidement sa naïveté et gagne en lucidité déterminée mais ne cesse jamais de s’interroger sur ses réelles motivations. A chaque étape, la remise en question semble sincère, tout comme ses failles et ses forces. Je regrette cependant que la vie politique ne soit pas davantage décrite et soit même, par moment, occultée au profit des histoires de couple de l’un ou de l’autre. Sans doute y a-t-il trop de rebondissements et d’intrigues faisant trop souvent, à mon goût, perdre de vue l’essentiel.

    Cependant, une fois encore, Christine Féret-Fleury nous offre un récit haletant où le suspens est maintenu jusqu’au bout et servi par une écriture précise et souple qui captive d’un bout à l’autre.

    Je termine donc ce livre sur un avis mitigé. J’ai passé un agréable moment de lecture mais le récit n’a pas tenu, selon moi, toutes ses promesses.

    Merci à Babelio pour cet envoi.

     

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 22 Avril à 20:47

    Un thriller politique, j'évite...

    Bon dimanche. 

    2
    Samedi 22 Avril à 22:44
    Anne (desmotsetdesno

    Dès que mes lectures belges sont terminées, je me lance dans la lecture du roman qui a inspiré le film "Chez nous". Bien d'actualité aussi...

      • Samedi 22 Avril à 23:36

        J'ai vu le film, je me réjouis de connaitre ton avis sur le roman.

    3
    Dimanche 23 Avril à 15:44
    gambadou

    Je passe alors

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :