• Ce qu'elle ne m'a pas dit, Isabelle BARY

    Ce qu'elle ne m'a pas dit, Isabelle BARYQuel est le point commun entre une quadragénaire moderne, belge et blonde du 21e siècle et un trappeur amérindien né dans les années ’20 ? Le sang !
    Marie a quarante-sept ans. Avec Alex, son mari, et Nola, leur fille de seize ans, ils forment une famille bourgeoise contemporaine : un boulot accaparant, une indispensable vie sociale, un chien à poil long, des engueulades et des fous rires, des sushis le samedi, des impertinences d
    ’ado avec un peu d’herbe fumée en cachette et, bien sûr, toujours trop d’Internet. Rien d’extraordinaire, en somme.
    Mais ça, c
    ’était avant. Avant que Marie ne découvre le secret bien gardé du passé passionné et violent qui est le sien.
    Tantôt cruelle et tantôt drôle, émouvante et parfois désespérée, la révélation de ce secret tisse peu à peu une histoire qui rapprochera Marie de sa fille.
    Avec ce roman, l
    ’auteure pose les questions qui nous taraudent : Faut-il révéler les secrets de famille ? La vérité est-elle toujours bonne à dire ? Comment et quand la dévoiler ?
    Parce que nous avons tous de vieux secrets, petits ou grands, Isabelle Bary célèbre, dans son neuvième livre, l
    ’imagination, la mémoire, l’amour, l’humour et la joie de vivre comme alternatives au silence.

    Mon avis :

    C’est avec beaucoup de plaisir que je me suis glissée dans cette histoire. Dès le départ, j’ai été happée par le non-dit, la tension qu’il faisait peser sur la famille et je n’ai eu de cesse de découvrir la vérité.

    Alex, Marie et Nola forment une famille aisée ordinaire. Du moins en apparence. S’il n’y avait l’opposition de la douce blondeur de Marie et de l’épaisse chevelure noire de Nola, elle passerait même inaperçue. Pourtant, derrière les apparences, se joue une lutte acharnée entre la mère et la fille. Un secret de famille pèse sur leurs relations, empêchant la tendresse et l’amour qu’elles se portent de s’exprimer librement. Marie détient la clé de ce secret et refuse de s’en servir, de savoir, alors que Nola piétine d’impatience. La fougue de sa jeunesse, son impétuosité l’empêchent de comprendre le refus de sa mère. Elle décide alors de chercher les réponses de son coté.

    Très vite, on apprend que malgré sa blondeur, Marie a du sang innu dans les veines, son père étant amérindien. Nola l’a toujours su, elle qui ne peut cacher cet héritage. Ce qu’elles ignorent, ce sont les circonstances de la disparition des parents de Marie, décédés quand elle avait trois ans. Pourtant, tout est là, entre les pages d’un dossier bleu. Pourquoi Marie refuse-t-elle de l’ouvrir ? Que craint-elle ?

    Isabelle Bary dévoile peu à peu le secret de famille tout au long de ce roman polyphonique, distillant des informations avec parcimonie au gré des interventions de Marie, Nola et Alex. Grâce à cette alternance de points de vue et aux feuillets du dossier bleu, le lecteur reconstitue peu à peu l’histoire, échafaudant des hypothèses et partageant tour à tour le ressenti de chacun.
    J’ai aimé ce choix de narration. Il permet de découvrir la vérité en même temps que les protagonistes et de se mettre à leur place. On perçoit nettement qu’Alex se sent très souvent spectateur de la joute silencieuse que mènent mère et fille ou que Nola, adolescente du 21e siècle, de l’immédiateté et des réseaux sociaux comprend difficilement les réticences de sa mère et sa volonté de postposer sans cesse cette révélation. Quant à Marie, orpheline élevée par sa grand-mère entourée d’amour et de silence, elle oscille entre l’envie et la peur. Ses repères ne risquent-ils pas de s’effondrer ? La stabilité émotionnelle qu’elle a construit vaille que vaille résistera-t-elle ?

    Dans un style vif et tendre à la fois, Isabelle Bary nous livre ce secret à la manière d’une enquête policière. Elle dose suspens et tension avec minutie reculant le plus possible le moment de la révélation sans jamais lasser le lecteur. Une fois le dossier bleu ouvert, on dévore les pages dans l’impatience de la découverte, savourant l’alternance des styles et l’élégance de la plume révélatrice et salvatrice.

    Un roman qui vous entrainera au bord du Lac St Jean, au cœur d’une réserve innu, à la découverte d’une culture, d’une histoire, d’un peuple... avec en filigrane l’amour, la liberté, la fuite du temps et la beauté des grands espaces.

    Un régal.

    Ce qu'elle ne m'a pas dit, Isabelle BARY9e

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jacqueline
    Samedi 29 Avril à 09:30

    Je  partage ton avis sur ce roman ...... Je relis les quelques notes de mon petit carnet de lectures et je vois : écriture fluide, polyphonie et secrets de famille ( j'adore !), art d'entretenir le suspense, l'intérêt du lecteur, étude juste des relations parents/ados, découverte des Amérindiens du Canada (tout est vrai !) ......un beau roman ...:)

      • Samedi 29 Avril à 10:36

        On est d'accord.

    2
    Samedi 29 Avril à 10:03
    Fanny

    Ah les secrets de famille, j'adore ça! Je regrette de ne pas l'avoir acheté lors de mon passage à la Foire du Livre de Bruxelles! Mais il n'est pas encore trop tard!

      • Dimanche 30 Avril à 11:24

        Non, il est en vente partout et sur le site des éditions Luce Wilquin. Tu peux peut-être aussi le demander en SP.

         

    3
    Samedi 29 Avril à 14:23
    Anne (desmotsetdesno

    C'est chouette de mélanger la Belgique et le Québec ! Tu m'as donné très envie de découvrir ce roman.

      • Samedi 29 Avril à 16:47

        J'en suis bien contente.

    4
    Samedi 29 Avril à 20:39

    Il y a beaucoup d'auteurs belges inconnus...

    Bon weekend. 

    5
    Misstrip
    Samedi 29 Avril à 20:56

    Ce roman devrait me plaire: auteure belge, référence au Canada, secret de famille... Hum!...

      • Samedi 29 Avril à 23:14

        Ha oui, tu devrais aimer.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :