• Comme des mouches, Frédéric ERNOTTE & Pierre GAULON

    Comme des mouches, Frédéric ERNOTTE & Pierre GAULONÇa ne devait être qu’un jeu pour oublier la rupture. Une manière pour deux amies déçues par l’attitude des hommes de se venger en orchestrant le canular de leur vie : sélectionner huit candidats sur le site de rencontres Love Corner et les mettre à l’épreuve pour une récompense en or… Regina ! Mais lorsque le faux profil conçu pour être un redoutable appât devient une cible et que les prétendants disparaissent les uns après les autres, Leila et Gwen réalisent que l’amour 2.0 est une arène impitoyable.

     

    Mon avis :

     

    Une petite ville tranquille comme il y en a tant. Deux amies d’enfance, célibataires. Un pub, leur lieu de ralliement. Une idée folle : s’inscrire sur un site de rencontre, pour voir et s’amuser. Des conséquences… qu’elles n’avaient pas vu venir.

     

    Alors que Leila rumine une rupture dont elle n’arrive pas à se relever, Gwen, sa meilleure amie, l’entraîne malgré elle dans ce qui ne doit être qu’un jeu. A partir d’un faux profil, appâter des prétendants et leur proposer des épreuves pour choisir le meilleur d’entre eux.

    Mais très vite, elles perdent le contrôle et le jeu dérape.

     

    Dès le départ, le lecteur est happé par l’histoire et l’envie de savoir lequel des prétendants trouvera grâce aux yeux des jeunes femmes. L’histoire démarre sur les chapeaux de roue et garde un bon rythme jusqu’au bout. Des indices parsèment les pages, parfois menant vers de fausses pistes. On se prend au jeu de l’enquête, on doute, on pense avoir trouvé et puis une révélation vient tout changer.

     

    Le changement de narrateur d’un chapitre à l’autre apporte un point de vue différent sur les événements et les éclaire ou les complexifie selon le bon vouloir des auteurs. Tout est minutieusement dosé et la structure du récit, sans faille, fait progresser le lecteur vers une fin qui apporte un point d’orgue idéal au récit.

     

    Même si j’aurais souhaité que certains personnages soient un peu plus développés, j’ai beaucoup aimé l’histoire racontée par Frédéric Ernotte et Pierre Gaulon. Ecrire à quatre mains est une gageure, plus encore lorsque l’on travaille à distance. Mais le pari a été relevé et tenu de bien belle façon. Tout est réuni pour capter puis captiver le lecteur.

      

    Ce roman à suspens, réussi et addictif m’a fait passer un très bon moment.

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jacqueline
    Lundi 1er Avril 2019 à 09:27
    Il fera partie de mes prochaines lectures....
    2
    Lundi 1er Avril 2019 à 09:41

    Je suis amusée de voir comme nous avons toutes interprété la petite contrainte du poisson d'avril différemment ! 

    En attendant, ce canular qui vire au thriller a l'air assez stressant !

    3
    Lundi 1er Avril 2019 à 19:59
    Anne (desmotsetdesn)

    Je n'ai encore jamais lu cet auteur. L'histoire a l'air bien mais la couverture me rebute un peu...

      • Lundi 1er Avril 2019 à 22:17

        Oui, j'ai déjà vu mieux. Mais il faut aller au-delà.

      • Regina
        Mardi 2 Avril 2019 à 00:39

        C'est rarement l'auteur qui réalise la couverture. Si l'histoire vous attire, foncez !

    4
    Samedi 6 Avril 2019 à 18:55

    Oui Régina wink2

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :