• Comme un roman fleuve, Daniel CHARNEUX

     Comme un roman fleuve, Daniel CHARNEUXPourquoi François Lombard a-t-il vu se distendre les liens qui l’unissaient à Sonia ? Quel secret cache-t-il au fond de sa mémoire ? Que cherche-t-il, sillonnant les quais de Meuse, traversant les ponts, creusant dans son passé, dans l’histoire d’une ville, dans les méandres d’un fleuve ? Est-il encore temps de jeter une passerelle entre Sonia et lui ? 

    Mon avis :

     A l'aube de sa vie, François Lombard jette un regard dans le rétroviseur. Il revoit sa vie s’écouler, comme les eaux du fleuve qu’il longe quotidiennement, au fil de ses balades. Tantôt calme et joyeuse, tantôt tumultueuse, sombre, tourmentée. Chaque promenade est l’occasion de se remémorer un événement précis, une époque de sa vie qu’il a soin de replacer dans le contexte géographique et historique. Ainsi en sept chapitres au titre évoquant des ponts de Liège, il nous confie sa vie et nous conte également sa ville et ses transformations, les heurs et malheurs qui l’ont façonnée et la façonnent encore aujourd’hui. Et l’on plonge dans l’une et l’autre avec curiosité et tendresse. La Meuse devient miroir de l’âme.

    Au fil des pages, nous découvrons le paradis perdu de François, arpentons Liège et la sentons vibrer sous ses pas. Je serais curieuse de savoir si les non Liégeois sont sensibles à ce roman. Tout y est si intime, si parlant pour un habitant de la Cité ardente que j’ai eu l’impression à chaque page qu’il avait été écrit pour moi, pour que je me souvienne et que je n’oublie pas. Je me suis immergée dans les parfums de l’enfance, ai retrouvé des images enfouies, des visages, des lieux que j’avais connus et aimés. J’ai retrouvé des sensations oubliées. Mais peut-on goûter à ces petites perles narratives, si on ne les a pas vécues de l’intérieure ?

    L’écriture de Daniel Charneux est pleine de charme et de rigueur, frôlant parfois l’obsession. Après avoir été séduite par la maîtrise de la langue et la beauté des mots, j’avoue pourtant m’être un peu lassée de ses multiples appositions et des énumérations sans fin. Certes la langue est belle mais les phrases sont longues et par trop ouvragées. Cela sied à merveille à cet octogénaire sur lequel pèse le poids des ans et du passé. Forme et fond s’unissent pour attiser le propos ; l’effet est indéniable. Mais j’aurais goûté un trait un peu plus léger.

    Mis à part ce petit bémol, je quitte à regret cette balade en amnésie dans laquelle ce roman m’a plongée. Ce fut pour moi un vrai coup de cœur.

    Pour ceux que cela intéresse, Daniel Charneux sera à la FLB, le 9 mars prochain à 17h, sur le stand des Editions Luce Wilquin, afin de dédicacer son roman.

    Ici, l'avis d'une non Liégeoise sur ce roman, Minou. Et pour une autre découverte de cet auteur, voir le très beau billet d'Anne sur son roman "Nuage et eau"

     

     

     Comme un roman fleuve, Daniel CHARNEUXComme un roman fleuve, Daniel CHARNEUXComme un roman fleuve, Daniel CHARNEUX

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 5 Février 2013 à 13:26
    Alex-Mot-à-Mots

    Pas très optimiste comme livre, on dirait. Mais un bel échange en perspective.

    2
    Philippe D Profil de Philippe D
    Mercredi 6 Février 2013 à 21:32

    Du même auteur, j'ai beaucoup aimé "Jeanne".

    Bonne fin de semaine. 

    3
    Dimanche 10 Février 2013 à 11:15
    Anne (desmotsetdesno

    Je suis en train de lire "Nuage et eau", une biographie romacée de Ryokan, et j'adore ! Le style est un peu répétitif aussi, par moments, mais j'aime vraiment très fort. Donc je ne vois pas pourquoi je n'apprécierais pas celui-ci :) Merci pour l'info dédicace, et de toute façon je veux aller sur ce stand !

    4
    Mardi 12 Février 2013 à 20:01
    Minou M

    Je suis ravie de ton avis sur ce livre présent dans ma PAL ! En tant que non-liégeoise (je n'en ai vu que la gare), je pourrai sans doute répondre à tes questions quand je l'aurai lu à mon tour (j'espère en avoir le temps avant la foire du Livre). Je note le lien dans le récapitulatif du challenge. ;)

    5
    Mardi 12 Février 2013 à 20:11

    Merci Minou. J'ai lu aussi "Génération Nothomb" mais il y a près de deux ans et j'ai encore à lire "Si tu passes la rivière".

    6
    Dimanche 7 Avril 2013 à 08:04
    Minou M

    Je viens de terminer ce roman et reviens répondre à ta question à propos de la ville de Liège dans le récit : je ne crois pas qu'un non-liégeois (ou au moins quelqu'un qui n'a jamais vu la ville, comme moi) puisse être sensible aux allusions qui t'ont touchée. J'ai même été assez frustrée de ne pas pouvoir imaginer ces lieux ou de ne pas comprendre certains termes immédiatement, par manque de références : l'auteur cite les lieux plus qu'il ne les décrit, donc c'est un peu difficile de s'y retrouver sans les connaître.

    Davantage que par les ballades mêmes au bord de la Meuse our par l'écriture (j'ai aussi été dérangée par ces appositions trop nombreuses, qui alourdissent le texte), j'ai été touchée par l'histoire personnelle du narrateur et attendais de savoir quel malheur exactement l'avait amené à une telle "vie".

    7
    Dimanche 7 Avril 2013 à 09:54

    Merci pour ton éclairage Minou. Je me disais bien que cela devait être difficile d'appréhender la ville sans la connaître, à partir de ce roman. D'autant que l'auteur parle de faits, d'anecdotes disparues depuis parfois plus de vingt ou trente ans. Des souvenirs d'enfance pour moi. Mais pour un non Liégeois ???
    Mais au-delà, l'histoire est attachante et touchante, c'est vrai.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :