• Fragments d'un fait d'hier, Luc-Michel FOUASSIER

    Fragments d'un fait d'hier, Luc-Michel FOUASSIER16 mai 1937. Laetitia Toureaux est poignardée dans un wagon du métro parisien. Crime crapuleux, politique, passionnel? En tout état de cause, crime parfait.
    Quelque quatre-vingts ans plus tard, l’ombre de la jeune femme revient planer au-dessus des eaux sombres de la Marne. Quels secrets partageait-elle avec la grand-mère du narrateur
    ? Sous les flonflons des guinguettes, ce sont alors des silhouettes aspirées par le temps qui reprennent vie.
    Dans ce roman inspiré d’un fait divers réel, l’auteur nous brosse les portraits de deux femmes, mélangeant subtilement les teintes du passé et du présent.

    Mon avis :

    Ce récit à la première personne se présente comme une autobiographie. Mais dès le début, l’auteur nous avertit qu’il s’agit bien d’une œuvre de fiction dont seul le point de départ est réel. Rachetant la maison de sa grand-mère, le narrateur va y trouver par hasard un article de presse relatant un assassinat sanglant perpétré dans le métro et une lettre signée Laetitia, du nom de la victime. Il n’a alors de cesse de découvrir ce qui lie cette jeune femme à sa grand-mère.
    Du Paris canaille aux guinguettes des bords de Marne, nous suivons ses investigations et le récit devient policier, plongeant le lecteur dans les parts d’ombre et le jardin secret de cette famille. L’intérêt subit pour cette Laetitia Toureaux n’est-il pas prétexte à plonger dans sa propre histoire à la rencontre d’une grand-mère énigmatique ?

    L’enquête est intéressante, finement menée et malgré la tournure classique de l’intrigue, on y prend plaisir, piqué au jeu, se réjouissant de ses moindres avancées. Evitant la monotonie d’un récit linéaire, l’auteur nous raconte en alternance l’histoire du narrateur et celle de la victime avant son assassinat, quatre-vingts ans plus tôt. Malgré quelques hésitations de style, l’écriture est agréable et sobre, le vocabulaire précis et les éléments historiques du récit sont amenés avec doigté.
    Actes manqués, secret de famille, nostalgie émaillent cette histoire qui nous fait prendre conscience de l’inconstance des choses, de la brièveté de la vie et de l’influence du passé sur le présent. Réussissant à construire un pont entre fiction et réalité, Luc-Michel Fouassier nous offre ici un très bon moment de lecture, au cœur du Paris de l’entre deux guerres.

    Cet auteur n’est pas Belge mais son roman étant paru aux Editions Luce Wilquin.

     

    Fragments d'un fait d'hier, Luc-Michel FOUASSIER

     

     

     









    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jacqueline H
    Jeudi 24 Avril 2014 à 09:35

    Oh ..... voilà un roman qui "me fait de l'œil" ......:-)

    2
    Nadège
    Jeudi 24 Avril 2014 à 10:12

    J'aime beaucoup ton billet. Il me rend curieuse de découvrir ce roman. Et peut-être de renouer avec les éditions Luce Wilquin.

    3
    Jeudi 24 Avril 2014 à 20:54
    Encore un roman qui me tente bien... Heureusement, j'ai encore un peu de place entre le haut de ma PAL et le plafond !
    4
    Philippe D
    Jeudi 24 Avril 2014 à 21:34

    Une maison d'éditons qui monte, qui monte, il me semble.


    Bonne fin de semaine. 

    5
    Jeudi 24 Avril 2014 à 22:23

    Itzamna, tu me fais rire. ^^
    Philippe, c'est une très chouette maison d'édition. Sur 7 romans lus, il n'y a en a qu'un que je n'ai pas aimé.

    6
    Vendredi 25 Avril 2014 à 10:48
    Alex-Mot-à-Mots

    Je me laisserai bien tenter par ce Paris de l'entre-deux guerres.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :