• Ghetto X, Martin MICHAUD

    Ghetto X, Martin MICHAUDAyant démissionné des crimes majeurs, Victor Lessard accepte de donner ses impressions à son ancienne partenaire, Jacinthe Taillon, sur la scène du meurtre d’un journaliste d’enquête.

    En parallèle, son mentor, Ted Rutherford, lui fait une révélation troublante à propos du passé de son père, Henri Lessard. Pris pour cible dans un attentat, Victor doit bientôt disparaître pour assurer a sécurité et celle de ses proches.

     

    Mon avis :

     

    Quelle joie de retrouver Victor Lessard et sa partenaire !

    Quand le récit commence, Victor a quitté le SPVM (voir Violence à l’origine) et est agent de sécurité dans un casino. Mais assez rapidement, il va se retrouver au cœur d’une affaire qui le touche personnellement. Peu avant de mourir, son père adoptif lui révèle que la mort de sa famille quand il avait 12 ans ne s’est pas passée comme il le croit. Il avait retrouvé une connaissance de son père qui avait des informations à ce sujet. Tenaillé par ce drame depuis son enfance, il veut savoir et comprendre. Il ignore qu’il va mettre le doigt dans un nid de vipères. Heureusement, il peut compter sur sa fidèle amie Jacinthe Taillon et deux autres collègues pour mener une enquête en toute discrétion et hors des clous.

     

    A la fois thriller, roman d’espionnage et récit géopolitique, le roman de Martin Michaud est riche de faits véridiques, de critiques sur les conflits internes dans les services de la police de Montréal, de données sur les cyberattaques et les actes terroristes. J’ai apprécié la construction du récit mêlant passé et présent, souvenirs d’enfance et événements présents. Martin Michaud nous tient en haleine tout au long des 545 pages du roman et nous surprend en nous plongeant dans les bas-fonds de Montréal, l’Afghanistan ou les milices d’extrême-droite. Impossible de savoir où il nous emmène ; l’intrigue se construit chapitre après chapitre et les rebondissements justement dosés dévoilent lentement les tenants et les aboutissants. Un rythme soutenu orchestrant le tout rend le récit addictif.

    Comme toujours, le duo Victor-Jacinthe fonctionne à merveille. L’impétuosité de l’une et son franc-parler contrastant avec le calme morose et les introspections de l’autre. Jacinthe n’est jamais à court d’un bon mot, d’une réplique cinglante et c’est jouissif.

     

    J’espère que les prochaines aventures de ce duo d’enquêteurs ne se feront pas attendre cinq ans. Comme j’espère qu’un jour, la série télé tirée de leurs enquêtes traversera enfin l’Atlantique.

      

     

     


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 9 Septembre à 20:22

    Je vois souvent cet auteur sur ton blog, mais pas ailleurs. Un de tes chouchous? 

    Bonne soirée. 

      • Jeudi 9 Septembre à 20:58

        J'aime son écriture, son duo d'enquêteurs, j'ai tout lu de lui. Il est de plus extrêmement sympathique... et Québécois.

    2
    Vendredi 10 Septembre à 14:36
    Alex-Mot-à-Mots

    Tu me donnes envie de découvrir ce duo.

      • Dimanche 12 Septembre à 13:13

        Tu devrais aimer. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :