• Hitler et la franc-maçonnerie, Arnaud de la CROIX

    Hitler et la franc-maçonnerie, Arnaud de la CROIXHitler était-il franc-maçon ? Quels furent les liens entre la création du parti national-socialiste et la franc-maçonnerie ?Comment les francs-maçons allemands ont-ils réagi à la prise du pouvoir par les nazis ? Quel fut le destin des organisations maçonniques dans les pays occupés par l'Allemagne ? Himmler et son Ordre noir s'inspiraient-ils de la franc-maçonnerie ? 

    Une enquête approfondie qui met en lumière l'un des épisodes les plus mystérieux de la Seconde Guerre mondiale. 

    Mon avis :

    Découvert à la Foire du livre de Bruxelles, cet ouvrage historique m’a tentée, tant son auteur l’a présenté avec passion (compte rendu ici). On sentait son érudition sur le sujet et son envie de partager ses connaissances. Comme il concernait une période de l’Histoire qui me passionne également, c’est tout naturellement que j’ai acheté cet ouvrage.

    S’il est effectivement très intéressant, j’avoue l’avoir trouvé plus ardu à lire que certains autres ouvrages historiques. L’écriture d’Arnaud de la Croix est précise mais il donne tellement de détails en une seule phrase, que les subordonnées se superposent parfois et il est nécessaire de relire afin de bien comprendre. Il s’adresse de plus à des personnes déjà informées sur l’époque car de nombreux faits sont évoqués mais non expliqués. Les lecteurs qui souhaiteraient découvrir cette période par cet ouvrage auraient quelque peine à suivre me semble-t-il.

    Enfin, le livre ne parle pas que de la Franc-maçonnerie, mais replace les événements dans le contexte historique, politique, économique et social de l’époque, tant en Allemagne qu’en Europe.

    La littérature sur le sujet étant d’une qualité assez médiocre et d’un autre âge, Arnaud de la Croix a voulu débrouiller les rapports entre le nazisme et la Franc-maçonnerie. Pour cela, il a plongé dans une masse impressionnante de documents pour expliquer de manière nuancée les origines de l’opposition des nazis aux juifs et aux Francs-Maçons. A une époque où les théories du complot progressent à nouveau en raison de la crise, ce livre remet les choses en place avec talent.

    Surgi sur un terreau de croyances irrationnelles, le nazisme d’Hitler était au service d’une tentative de remodelage de la planète. L’ensemble de son idéologie est fait d’emprunts ; ce n’est qu’une synthèse de plusieurs idées, courants, parfois occultes, ayant eu cours au siècle qui a vu naître Hitler. D’Hélena Blavatsky à Henry Ford, en passant par Dietrich Eckart, Alfred Rosenberg, Martin Luther, Joseph de Gobineau, Chamberlain ou Anton Drexter… tous ont influencé l’idéologie nazie par leurs écrits et leurs pensées. Hitler s’est cependant affranchi de ses maîtres à penser pour produire une idéologie originale. Surtout, il est l’homme qui est passé aux actes. 

    L’idée principale étant la sacralisation du peuple ; la nation germanique étant vue comme l’héritière du peuple aryen, base de toute civilisation. Le nazisme, religion potentielle selon Goebbels, peut être compris comme tentative de donner un sens à la vie de l’individu inséré dans la communauté raciale du peuple qu’il perpétue et pour lequel il est prêt au sacrifice. Cette idéologie étant une combinaison du pangermanisme et racisme allemand avec l’ésotérisme, l’occultisme et le paranormal dont le DAP (qui deviendra NSDAP) est l’émanation. Pour Hitler, le NSDAP trouve en lui sa propre justification. L’objectif réel étant de prendre le pouvoir. C’est une force en action sans contenu véritable. L’idéologie nazie ne serait qu’un masque, un prétexte, un moyen de propagande pour en arriver à ses fins.

    Cet ouvrage permet donc de comprendre le concept d’aryosophie qui anime la Société Thulé, une société de type maçonnique créée par Rudolf von Sebottendorf et dont un autre membre, Alfred Rosenberg, fut le philosophe attitré du parti et un proche d’Hitler. Elle aura une grande influence sur Hitler même s’il n’en a jamais fait partie. Cette société Thulé avait pour emblème le svastika dextrogyre aux branches recourbées, rayonnant et surplombant un poignard.

    Pour justifier leur haine antimaçonnique, les nazis débitent qu’une « direction juive » est à la tête de la franc-maçonnerie. Selon eux, la franc-maçonnerie ne serait que le vecteur de la pernicieuse influence des Juifs. On voit donc bien ce que cela présage. 

    Nous apprenons que la Franc-maçonnerie allemande, même si certains de ses membres ont souffert durant la période nazie, n’a cependant pas été aussi exemplaire qu’elle voudrait le laisser croire. Certains ont lutté contre le nazisme mais d’autres y ont fait allégeance comme Hjalmar Schacht, ministre de l’Economie ou les Grandes Loges vieilles prussiennes, ouvertement racistes et pangermanistes, allant jusqu’à introduire la croix gammée dans les Temples fréquentés par des Ordensjünger comme « symbole de la lumière » ! Ce qui n’empêcha pas Hitler de faire fermer toutes les Loges après l’Anschluss, de les saccager et de confisquer leurs biens et archives.

    Si Hitler n’a jamais été membre de la Franc-maçonnerie, il était fasciné par la hiérarchisation de celle-ci, son organisation, ses rites et son décorum. Himmler, lui, pensait que les nationaux socialistes pouvaient apprendre d’elle leur fonctionnement impeccable, réglé dans les moindres détails. Dans ses rites, ses châteaux, l’initiation par le sang, l’obéissance, le serment de garder le secret…, l’Ordre noir, élite du IIIe Reich, s’inspire de la Franc-maçonnerie, même si les nazis ne l’ont jamais reconnu.

     

     

     Hitler et la franc-maçonnerie, Arnaud de la CROIX

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 24 Avril 2013 à 08:16
    Alex-Mot-à-Mots

    Elle fascine, cette Franc-Maçonnerie....

    2
    Mercredi 24 Avril 2013 à 12:51

    Elle pose question en tout cas, comme tout ce qui cache un mystère, des non-dit...

    3
    Samedi 27 Avril 2013 à 08:36

    Tiens, voilà un livre que je pourrais peut-être acheter pour la fête des pères...

    4
    Patrick
    Mercredi 3 Décembre 2014 à 16:06
    Bonjour, l'emblème de la société Thule, utilise effectivement un svastika, mais dans son sens rotatoire nenestrogyre, et non dextrogyre. Lorsque vous regarder le svastika, vous le voyer destro., mais en fait c'est du point de vue du symbole qu'il faut lire le sens rotatif. Cordialement Patrick
    5
    Mercredi 3 Décembre 2014 à 21:39

    Merci pour cette correction précise.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :