• Intrigue à l'anglaise, Adrien GOETZ

    Intrigue à l'anglaise, Adrien GOETZTrois mètres de toile manquent à la fameuse tapisserie de Bayeux, qui décrit la conquête de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant. Que représentaient-ils ? Les historiens se perdent en conjectures. Une jeune conservatrice du patrimoine, Pénélope Breuil, s’ennuie au musée de Bayeux, jusqu’au jour où la directrice du musée, dont elle est l’adjointe, est victime d’une tentative de meurtre ! Entre-temps, des fragments de tapisserie ont été mis aux enchères à Drouot. Pénélope, chargée par le directeur du Louvre de mener discrètement une enquête, va jouer les détectives et reconstituer l’histoire millénaire de la tapisserie, de 1066 à la mort tragique de Lady Diana sous le pont de l’Alma…

    Mon avis :

    Pour son premier poste, Pénélope qui pensait s’ennuyer ferme à Bayeux est gâtée. Avant même qu’elle n’entre en fonction, sa directrice est agressée, on lui vole un mystérieux colis et elle est chargée de mener l’enquête en toute discrétion. Elle qui rêvait d’Egypte et de fouilles archéologiques au pays des pyramides aura l’occasion de prouver sa bravoure et ses multiples talents dans le bocage normand.

    Un polar de plus me direz-vous. Oui, mais… L’auteur, visiblement amateur d’art, distille des informations artistiques et culturelles très intéressantes au fil de l’histoire. Que ce soit sur le musée du Louvres, la salle de vente Drouot, la tapisserie de Bayeux ou d’autres œuvres, il nous révèle des anecdotes et des faits sans que cela ne soit rébarbatif. Du moins, si on s’intéresse un temps soit peu à l’art. Ainsi cette fameuse tapisserie dont les derniers mètres manquent sans que l’on sache ce qu’ils représentaient. L’occasion rêvée de broder une énigme autour de cette mystérieuse pièce de lin.

    Dans un style sec et quelque peu érudit, Adrien Goetz nous entraine sur les pas de son héroïne, de Normandie en Angleterre en passant par Paris. J’ai bien aimé ce côté du récit : l’Histoire et l’art m’ont vraiment accrochée. Par contre l’intrigue m’a semblé un peu légère et la fin précipitée. Dommage.

    Ce livre reste cependant une très agréable lecture récréative, légère et instructive à la fois. Ce n’est déjà pas si mal. 

    Merci à Aymeline de me l’avoir fait découvrir à l’occasion de la Ronde bretonne.

     

     Intrigue à l'anglaise, Adrien GOETZ

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 11 Novembre 2012 à 10:38

    Je suis un peu en avance pour la parution e ce billet, je sais. Mais j'ai des LC qui m'attendent et peu de temps libre en ce moment. J'ai pris les devants.

    2
    Dimanche 11 Novembre 2012 à 19:22
    Alex-Mot-à-Mots

    J'avais remarqué la couverture qui m'avait interpellée.

    3
    Lundi 12 Novembre 2012 à 15:43
    Anne (desmots et des

    Tesbémols écartent un peu la tentation, je ne vais pas m'en plaindre... je n'aurais jamais cru que ce genre d'histoire se cachait derrière cette couverture !

    4
    Mardi 20 Novembre 2012 à 08:33

    J'ai lu un autre de ses romans: "Une petite légende dorée". Ennui total! On peut être un très bon historien de l'art et un piètre romancier...

    5
    Mardi 20 Novembre 2012 à 11:59

    Effectivement, le récit n'est pas à la hauteur des données historiques.

    6
    Jeudi 6 Décembre 2012 à 22:55
    Arieste

    je ne l'ai toujours pas lu comme tu le sais, mais j'espère qu'il me plaira un peu plus qu'à toi :)

    7
    Syl.
    Mardi 29 Janvier 2013 à 10:57
    Syl.

    Je n'ai pas aimé Argali ! Je viens de le terminer et je vais écrire ma chronique. Pourtant il y a des passages sympathiques, c'est pour ça que je mets 2 étoiles sur Babelio, mais sinon je n'ai pas adhéré.
    A bientôt

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :