• J'irai danser (si je veux), Marie-Renée LAVOIE

    J'irai danser (si je veux), Marie-Renée LAVOIEDiane danse comme une enclume, aime son intérieur et déteste les mariages. Surtout le sien. Son mari vient de la plaquer pour « quelqu'un d'autre » (sexe non identifié, mais prévisible, genre « maudite pétasse »). Désagrégée ou presque, Diane est secouée par sa meilleure amie. Celle-ci lui suggère de se remettre au plus vite sur le marché du sexe, en commençant tout doux par le « frenchage », le flirt. Mais sur qui pratiquer les premiers exercices en évitant trop de complications ? Sur JiPi, bien sûr ! Le charmant comptable du quatrième étage, marié et donc sans danger. Enfin, normalement…

     

    Mon avis :

     

    Après la lecture du roman de Stéphane Larue, j’avais besoin de légèreté. Je l’ai trouvée avec ce roman de Marie-Renée Lavoie, une auteure que j’adore. C’est d’ailleurs moins léger qu’il n’y paraît mais c’est très drôle. Cela ne m’arrive pas souvent de rire franchement en lisant et ça fait un bien fou en cette période morose.
    Mais il faut que je commence par un coup de gueule ! Pourquoi avoir changé le titre original ??? Les Français ont donc bien peur que nous soyons trop nuls pour comprendre ? J'aurais aimé le titre québécois "Autopsie d'une femme plate". Question de respect !

     

    L’histoire tient en quelques mots : le mari de Diane est parti avec sa maîtresse après 25 ans de mariage. Sa collègue et amie, Claudine, qui a vécu la même chose tente de lui remonter le moral.

    C’est une histoire devenue banale hélas et déjà souvent abordée. Comment rebondir après une rupture surtout au moment où les enfants ont quitté le nid et que l’on se retrouve désespérément seule ? Marie-Renée Lavoie a pris le parti de l’humour pour nous conter l’histoire de cette « femme plate » que son mari délaisse pour une greluche plus jeune. Après avoir démoli le lit conjugal à coups de masse et le canapé dans lequel elle était assise quand il lui a annoncé son départ imminent, Diane va peu à peu apprendre à vivre avec ce vide. Elle va découvrir qu’elle possède des ressources insoupçonnées, une réelle fantaisie et retrouver les joies de la séduction, poussée par son inénarrable amie. Il y aura des hauts et des bas, des quiproquos, elle passera par une phase d’effondrement, de déni puis d’espoir avant d’arriver lentement vers l’apaisement. Tout ne se passera pas toujours comme elle l’avait imaginé perdra parfois son self contrôle… mais à chaque étape, son amie et ses enfants seront là.

     

    L’histoire oscille entre désespoir et rire et les expressions québécoises, les tournures de phrase et l’esprit québécois apportent un charme tout particulier au roman.

    C’est une comédie pleine de peps, décapante et pertinente à souhait. Les situations cocasses dans lesquelles Diane se retrouve donne envie de rire franchement. On ne peut que s’identifier ou reconnaitre quelqu’un dans la justesse de ces descriptions. Mais il y a aussi de la tendresse et de l’émotion dans ce récit. Tous les personnages sont attachants, humains, forts et faibles à la fois. Ils nous ressemblent.

    En cette période, cette lecture vitaminée, énergique et drôle devrait être lue par tous pour passer un moment doux loin de la réalité oppressante du quotidien. 

    J'irai danser (si je veux), Marie-Renée LAVOIE3

     Un roman qui a traversé l'Atlantique


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 7 Novembre 2020 à 16:19
    Anne

    Merci pour le conseil, ce livre dort dans ma PAL mais j'ai prévu de lire Marie-Renée Lavoie en version jeunesse ce mois-ci.

    2
    Samedi 7 Novembre 2020 à 16:32
    krol

    Ça donne envie de se distraire ! Et je suis d'accord avec toi, pourquoi avoir changé le titre ? qui est bien plus drôle.

    3
    Samedi 7 Novembre 2020 à 21:21

    Je connais cette auteure, mais je n'ai rien lu d'elle. 

    Il faudra que je la découvre un jour...

    Bon dimanche

    4
    Dimanche 8 Novembre 2020 à 11:55
    eimelle

    un roman qui fait du bien en effet!

    5
    Dimanche 8 Novembre 2020 à 13:25
    yueyin

    je pourrais le classer dans Place de la république (étant donné qu'il a traversé l'atlantique) mais comme il a une excellente suite, je vais le mettre dans nos joies répétitives :-)

      • Lundi 9 Novembre 2020 à 14:14

        Parfait. Tu es la chef. ^^

    6
    Vendredi 13 Novembre 2020 à 23:45
    isallysun

    exact, c'est quoi ce changement de titre. Le québécois est beaucoup plus original, et ce n'est pas parce que j,ai un parti pris! 

    Il faudrait que je finisse par découvrir ce titre par contre, surtout que j'ai l'impression que je pourrais bien l'offrir à ma mère! 

      • Samedi 14 Novembre 2020 à 00:25

        Plus original et plus beau.

    7
    Mardi 1er Décembre 2020 à 08:27

    J'aime beaucoup cette auteure !

     

      • Mardi 1er Décembre 2020 à 19:15

        Moi aussi ^^

    8
    Samedi 5 Décembre 2020 à 20:12

    Une auteure que j'adore. Merci pour ce beau billet. Quant au changement de titre, c'est inouï et selon moi inconcevable!! 

      • Dimanche 6 Décembre 2020 à 09:19

        Je suis d'accord avec toi sur tous les points.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :