• Je voudrais qu'on m'efface, Anaïs BARBEAU-LAVALETTE

    Je voudrais qu'on m'efface, Anaïs BARBEAU-LAVALETTEHochelaga-Maisonneuve. S’y croisent sans se voir Roxane, Mélissa et Kevin, chacun de son côté du « bloc d’appartements », chacun au départ de sa vie. A douze ans, ils composent avec le monde dans lequel ils grandissent. Entre le coin des putes, les matchs de lutte, les beuveries des adultes et la classe des « orthos » où on essaie de les intégrer, ils plongent dans leur imaginaire et tentent de sauver leur peau. Y arriveront-ils ?

     

    Mon avis :

     

    Un quartier : Hochelaga-Maisonneuve. Un immeuble : le Bloc. Et dans ce bâtiment triste, trois enfants et leur famille : Kevin, Roxanne et Meg. Ils se croisent, se toisent, s’entendent à travers les minces cloisons de leur logement mais ne se fréquentent pas.

    Chaque enfant a une famille dysfonctionnelle et grandit cahin-caha dans un monde dur et sans joie. Chacun doit faire face à des soucis trop grands pour lui : l’alcoolisme des parents, la prostitution d’une mère, la perte d’un emploi, les familles monoparentales… et le manque d’argent, de soin, de tendresse. L’amour existe mais il ne s’exprime ni par des mots, ni par des câlins. Et c’est un vrai manque pour certains.

    Pour échapper au quotidien, Roxane s’évade dans les albums photo sur la Russie qu’elle emprunte à la bibliothèque et s’efforce de déchiffrer, elle qui est dans une classe d’inadaptés, les légendes de ces si belles photos ; Kevin, lui, se défoule des heures sur de violents jeux vidéo et Mélissa se rêve une autre vie en portant les chaussures et le maquillage de sa maman. Et puis, contrairement aux autres qui sont enfant unique, elle a la charge de ses deux petits frères qu’elle nourrit, lave, entretient pour cacher à la DPJ qu’ils vivent seuls dans l’appartement.

    En toile de fond, la musique de 50 cents ( qui a vu sa mère se faire tuer sous ses yeux, à 12 ans) et Chostakovitch. Un grand écart musical. Rien n’est laissé au hasard dans ce roman qui se lit comme un reportage IRL.

    Anaïs Barbeau-Lavalette a construit son roman en courts paragraphes percutants où les vies des enfants se succèdent et se mêlent. On les reçoit comme autant d’uppercuts à travers tout le récit. Pour rappeler la Russie adulée par Roxane, les chapitres sont numérotés en russe.

    Elle a choisi de rédiger son texte en langue orale matinée de joual. Ces mots de la rue rendent le propos dynamique. Ils lui apportent une réelle authenticité et donne une épaisseur aux personnages. On les voit évoluer dans ce quartier qui prend vie sous nos yeux.

    J’ai lu ce roman d’une traite, le cœur au bord des lèvres. Certains visages de mes propres élèves se superposaient à eux dans certaines situations. Je les plains, tout comme leurs parents. Chacun rêvait sans doute d’une autre vie mais la misère et la pauvreté, cela vous colle à la peau. Anaïs Barbeau-Lavalette ne porte aucun jugement dans son roman, elle ne cherche pas à susciter la pitié, elle raconte, simplement.

    Je suis sortie bouleversée par ce récit empathique et déchirant qui dénonce une certaine urgence. Nous avons tous des quartiers de ce genre dans nos villes, que nous évitons de traverser. Il est bon que des artistes, écrivains, cinéastes, peintres… leur donnent une visibilité.

     

    Un récit à lire, absolument.

     

    Je voudrais qu'on m'efface, Anaïs BARBEAU-LAVALETTE5e

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 13 Novembre à 07:03
    eimelle

    tout à fait vrai... à noter donc!

      • Mardi 13 Novembre à 21:28

        Il en vaut la peine.

    2
    Mardi 13 Novembre à 21:06

    Très tenté par ce roman que je ne connaissais pas...

    Bonne soirée. 

      • Mardi 13 Novembre à 21:29

        Très fort. J'ai beaucoup aimé et je pense que tu aimerais aussi.

    3
    Mercredi 14 Novembre à 10:53
    Alex-Mot-à-Mots

    Un billet convaincant pour une lecture qui a l'air émotionnellement forte.

      • Mercredi 14 Novembre à 18:32

        Oui très forte.

    4
    Mercredi 28 Novembre à 02:55
    isallysun

    ancienne enseignante, découragée par le manque de ressources, alors qu'on intègre et intègre, en oubliant la base, qu'on est tous humains, qu'on a tous des besoins à combler, des soucis, et que les soucis touchent également les jeunes... Et je ne connais pas la réalité montréalaise, mais quand j'ai vu HoMa (oui, je ne connais pas la réalité montréalaise, mais j'entends les abréviations ^^), je me doutais que ce serait sans doute percutant au vue du résumé.

    Je crois que tu m'as convaincue, encore une fois. 

      • Mercredi 28 Novembre à 20:22

        Enseignante en fonction dans l'enseignement technique et professionnel. Une réalité que je vis aussi. erf
        Contente de te donner envie.

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :