• L'étrange disparition d'Esme Lennox, Maggie O'FARRELL

    Mes lecturesIris hérite un jour d'une grande tante qu'elle ne connaît pas. Personne ne lui en a jamais parlé. Esme n'a pas disparu. A 17 ans, elle a été enfermée dans un asile par ses parents et oubliée, rayée de la mémoire de tous. C'est ainsi que la famille d'Iris règlait ses problèmes. Esme n'est ni folle, ni malade. Elle refusait simplement de se plier aux codes de bonne conduite édictés par sa famille et d'entrer dans les carcans que la société imposait aux femmes. Pour sa rebellion, elle aura payé le prix fort.

    Mon avis :

    Plus qu'un roman sur la bourgeoisie du début du 20e siècle et une réflexion sur la condition de la femme, ce livre est avant tout une histoire de famille et de secrets. Comment la grand-mère d'Iris a-t-elle pu laisser sa soeur dans un asile pendant plusieurs décennies ? Pourquoi n'a-t-elle pas réagi, désobéi ? Qu'avait donc fait Esme pour mériter un tel châtiment ? Ce sont là quelques-unes des questions auxquelles Iris tentera de répondre.

    Distillées au compte gouttes et non chronologiques, les révélations faites à Iris tiennent le lecteur en haleine dès le départ. Le style particulier, fait de phrases courtes et inachevées, respecte l'âge des protagonistes dont l'une est atteinte de la maladie d'Alzheimer. S'il surprend au départ, il permet aux lecteurs de reconstituer lui-même, bribe par bribe, la trame de cette histoire cruelle. Une lecture plaisir riche en émotions.

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jacqueline H
    Mercredi 24 Novembre 2010 à 09:35

    J'ai beaucoup aimé ce roman ! Une histoire bouleversante !

    2
    cajou
    Jeudi 26 Mai 2011 à 21:10

    Comme Jacqueline, j'ai beaucoup aimé. Et je ne suis pas sortie tout à fait indemne de cette lecture, qui m'a poursuivie plusieurs jours durant en pensée...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :