• L'île des disparus, Le secret du brouillard, Camilla et Viveca STEN

    L'île des disparus, Le secret du brouillard, Camilla et Viveca STENLe printemps est là, et pourtant, un épais brouillard a envahi l’archipel suédois. D’après la légende ancestrale, cette brume opaque annonce de terribles événements. Bientôt, elle va noyer les navigateurs et perturber les signaux des GPS, troublant l’équilibre de l’île.  Changelin parmi les humains, la jeune Tuva tente par tous les moyens de découvrir la vérité, sur elle-même et sur le danger qui menace sa terre natale.

     

    Mon avis :

     

    Dans ce tome 2, on retrouve les mêmes personnages et l’archipel où ils vivent entre Harö à Sandham mais l’histoire se renouvelle totalement. Cette fois, c’est un brouillard dense et mystérieux qui fait la une des conversations et des préoccupations des iliens. Certains disent que c’est une brume du printemps, d’autres qu’il est maléfique. D’ailleurs le printemps tarde à s’installer. N’est-ce pas un signe ? Tuva sait, elle, qu’il n’est pas naturel ce brouillard. Il semble vouloir étouffer les humains qui s’y retrouvent emprisonnés. Et cette voix qu’elle entend dans sa tête : « Tu ne peux rien y faire, fille de l’eau. Le pacte est rompu. » Qu’est-ce que cela signifie ? Quand une climatologue et ethnologue suédoise annonce, lors d’un reportage, que tout cela est inquiétant et a des conséquences sur la faune et la flore. Tuva sait qu’elle doit la rencontrer. Son statut la pousse à agir pour sauver les humains et à tout faire pour éloigner ce danger.

     

    Une fois encore, Viveca Sten et sa fille mêlent adroitement récit d’aventures, légendes et écologie. Tout au long de l’histoire, elles n’hésitent pas à parler de la conservation du littoral, de la qualité des eaux, de la nécessité de manger sainement, d’éviter le gaspillage ou encore la pollution de notre environnement. Elles redisent inlassablement que la mer Baltique est la plus polluée du monde et que vu sa faible profondeur (55m) elle est particulièrement sensible à la pollution. Derrière l’histoire de Tuva, les mystères qui entourent sa naissance et son identité, il y a un réel enjeu de société.

    On ne s’étonne donc pas de savoir que Greta Thunberg est suédoise. La préservation de l’environnement est un leitmotiv là-bas et une prise de conscience qui n’est pas nouvelle.

     

    Si le rythme est un peu plus lent que dans le tome un, le roman n’en est pas moins addictif car le mystère reste entier durant les dix jours que compte l’enquête de Tuva. Le lecteur est entrainé dans une course contre la montre palpitante où il tente de dénouer la véracité des faits des mythes ancestraux.

    Un deuxième tome réussi qui complète parfaitement le premier.

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 3 Mars à 20:49

    Une ou plutôt deux auteurs que je dois encore découvrir...

    Bon congé. 

      • Dimanche 3 Mars à 22:28

        Bon congé aussi.

    2
    Mardi 5 Mars à 13:05
    Alex-Mot-à-Mots

    Un second roman à quatre mains ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :