• La chambre des officiers, Marc DUGAIN

    La chambre des officiers, Marc DUGAIN 1914. Tout sourit à Adrien, ingénieur officier.
    La guerre éclate et lors d'une reconnaissance sur les bords de la Meuse, un éclat d'obus le défigure. Le voilà devenu une « gueule cassée ». Adrien ne connaîtra pas les tranchées mais le Val-de-Grâce, dans une chambre réservée aux officiers. Une pièce sans miroir, ou l'on ne se voit que dans le regard des autres.
    Adrien y restera cinq ans. Cinq ans pour penser à l'après, pour penser à Clémence qui l'a connu avec sa gueule d'ange...

    Mon avis :

    Défiguré par un obus, dans les premiers jours du combat, Adrien ne connaîtra de la guerre que le Val-de-Grâce à Paris où il va être soigné dans une salle réservée aux officiers eux aussi « gueules cassées ». Il lui faudra accepter la situation, apprendre la patience et retrouver l’espoir d’un après dans cette salle d’hôpital où tous sont dans le même sale état que lui. Il y parviendra grâce à l’affection d’une infirmière, la ténacité d’un médecin qui tente des expériences révolutionnaires pour l’époque et le soutien de ses compagnons d’infortune. Et puis, il y a le souvenir lumineux de Clémence qui l’aidera à supporter cette parenthèse de vie où se succèdent abattements et espoirs.

    Paru en 1998, ce roman est bouleversant et sonne juste. Enfant, Marc Dugain accompagnait son grand-père à « La maison de gueules cassées » de Moussy-le-Vieux, où on avait accueilli les mutilés de guerre de la Grande Guerre. Grand-père lui aussi « gueule cassée ». Il s’est donc inspiré de ses souvenirs.
    L’écriture est sobre et efficace, le style à la fois incisif et sensible. Le lecteur se retrouve immergé dans cette salle, au cœur de la vie d’Adrien. On vit avec lui ses appréhensions et ses douleurs face au regard des soignants, de son ami, son premier regard sur son visage dévasté, celui de sa sœur, des passants dans la rue… On est content pour lui de la camaraderie qui règne dans la salle de soin, l’entraide, le soutien de tous…

    Ce court récit de guerre, loin d’être larmoyant, est un fabuleux hymne à la vie, à l’instinct de survie, au courage aussi. Un bel hommage à nos ancêtres.

     

    La chambre des officiers, Marc DUGAIN  

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 24 Mai 2014 à 02:53

    Ouf! j'ai lu ce livre en 2008... comme quoi les bons livres c'est comme les bons vins, c'est bon longtemps!

    http://booki-net.blogspot.ca/2008/02/la-chambre-des-officiers-marc-dugain.html

    2
    Samedi 24 Mai 2014 à 06:53

    Je ne connais pas ce titre, l'auteur seulement de nom. Il y en a tant à découvrir!

    Bon weekend. 

    3
    Jacqueline H
    Samedi 24 Mai 2014 à 09:33

    Il est dans ma pal et ton billet m'incite à l'en sortir très vite ...:-)

    4
    Samedi 24 Mai 2014 à 10:37

    C'était une relecture pour moi. Envie de replonger dans le roman avant de voir le film.

    5
    Samedi 24 Mai 2014 à 12:35
    krol

    Dire que je ne l'ai toujours pas lu alors que j'adooorrreee cet auteur !!! Tu me le rappelles ! Merci Argali.

    6
    Samedi 24 Mai 2014 à 12:56

    Mon mari l'adore. Moi, c'est le seul roman que j'ai lu de lui mais sûrement pas le dernier.

    7
    Samedi 24 Mai 2014 à 22:21
    sophie

    J'avais beaucoup aimé cette lecture

    8
    Samedi 24 Mai 2014 à 22:56
    Anne (desmotsetdesno

    Premier roman et déjà une belle rencontre avec la belle écriture de Marc Dugain ! 

    9
    Lundi 26 Mai 2014 à 07:55

    Beau livre (et qui passe bien auprès des élèves).

    10
    Lundi 26 Mai 2014 à 11:19
    Alex-Mot-à-Mots

    Lu il y a très longtemps, j'en ai oublié tout ce que tu en dis.

    11
    Dimanche 8 Juin 2014 à 10:43
    Manu/Chaplum

    Ce roman semble incontournable.

    12
    Dimanche 8 Juin 2014 à 18:52

    Sur la Grande Guerre, oui c'est un incontournable.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :