• La disparition de Josef Mengele, Olivier GUEZ

    La disparition de Josef Mengele, Olivier GUEZ1949  : Josef Mengele arrive en Argentine.
    Caché derrière divers pseudonymes, l’ancien médecin tortionnaire à Auschwitz  croit pouvoir s’inventer une nouvelle vie à Buenos Aires. L’Argentine de Peron est bienveillante, le monde entier veut oublier les crimes nazis. Mais la traque reprend et le médecin SS doit s’enfuir au Paraguay puis au Brésil. Son errance de planque en planque, déguisé et rongé par l’angoisse, ne connaîtra plus de répit… jusqu’à sa mort mystérieuse sur une plage en 1979.
    Comment le médecin SS a-t-il pu passer entre les mailles du filet, trente ans durant  ?
     
     

    Mon avis : 

    Ce récit est identifié comme roman mais c’est, malgré quelques ajouts, un vrai récit historique qui se dévoile sous nos yeux. Olivier Guez s’est attaché à raconter la vie de Josef Mengele après la guerre et sa fuite en Argentine, où il s’invente une nouvelle vie sous le nom d’Helmut Gregor. Il espère vivre tranquillement en profitant de l’argent de la prospère entreprise agricole familiale. Incroyablement bien documenté, il trace à grands traits le rôle de Mengele pendant la guerre puis entre dans l’Histoire de l’Argentine des années 50, décrit la vie des Argentins, l’arrivée au pouvoir des Peron et leur rôle dans l’accueil des ex nazis. Une belle époque où Mengele rencontrera le boucher de Riga, Roschmann, le maitre d’œuvre de la solution finale, Eichmann, l’as de l’aviation Rudel et tant d’autres. Ces hommes vivent dans la nostalgie d’une époque et d’un pouvoir qu’ils s’appliquent à faire revivre depuis leur exil. Une décennie qui permit à nombre de tortionnaires de se refaire une identité et d’échapper à la justice en changement simplement de nom. Jusqu’à ce que toutes les horreurs de la guerre ne soient reconnues et leurs auteurs recherchés dans les années 60, par le Mossad et Simon Wiesenthal.

    Dans ce récit qui se lit comme une enquête, Olivier Guez nous emmène de Günzburg ville natale de Mengele à Serra Negra au Brésil, en passant par Buenos Aires, Bariloche et le Paraguay. Il nous décrit la beauté des paysages, la douceur de la vie en exil -malgré la crainte d’être découverts, les nazis vivent confortablement- et l’indécence de cette vie dorée après les horreurs commises en temps de guerre.

    Ensuite viendront la fuite, l’errance, les planques successives et finalement la mort.

    Olivier Guez, journaliste au journal Le Point, tente, après dix ans de recherches, de reconstituer le parcours de Mengele, ce savant fou, sans aucune empathie, qui a torturé des milliers de personnes sous prétexte de recherches scientifiques les plus folles. Il nous dépeint un homme traqué, ne comprenant pas l’acharnement et la détestation que l’on a de lui et de « son œuvre ». Il assiste à sa chute sans jamais juger et nous la raconte de manière captivante.

    J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre captivant. Il aurait pu être un coup de cœur si l’écriture m'avait séduite.


    La disparition de Josef Mengele, Olivier GUEZ

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jacqueline
    Samedi 9 Septembre à 08:36
    Une lecture qui m'intéresse et devrait me plaire...
      • Samedi 9 Septembre à 14:25

        S'il n'y avait le récit au présent et quelques tournures mal foutues, ce serait un coup de coeur. Tu devrais apprécier.

    2
    Samedi 9 Septembre à 20:43

    Un petit bémol pour l'écriture alors... Dommage car ce livre pourrait certainement me plaire.

    Bon dimanche. 

      • Dimanche 10 Septembre à 02:01

        Le livre reste très intéressant mais toi qui aimes les belles écritures, tu serais aussi déçu.

    3
    Samedi 9 Septembre à 22:19
    gambadou

    Moi qui aime les romans historiques, c'est pour moi ! 

      • Dimanche 10 Septembre à 02:01

        Vraiment intéressant et interpellant. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :