• La femme à droite sur la photo, Valentin MUSSO

    La femme à droite sur la photo, Valentin MUSSOAprès un succès fulgurant au box-office, le scénariste David Badina affronte une traversée du désert. Wallace Harris, légende vivante du 7e art, un brin paranoïaque, lui propose de travailler au scénario de ce qui sera sans doute son dernier film. Ils ne se sont jamais rencontrés mais un mystère unit les deux hommes : Harris est le réalisateur du drame policier qui devait lancer la carrière d’Elisabeth, la mère de David, quarante ans plus tôt. Et l’un des derniers à l’avoir vue vivante.

    Mon avis :

    Hollywood, années 50. Une époque aujourd’hui révolue : celle des icônes avec un I majuscule. Celle aussi des excès, des soirées alcoolisées, des règlements de compte, de carrières torpillées et de la peur des complots en tous genres. Période de décadence donc où les suicides, les « accidents » et les disparitions arrivaient régulièrement. Rudolph Valentino, Thelma Todd, Jayne Mansfield, Jean Spangler, pour ne citer qu’eux, en ont fait les frais. Dans les années 50, Hollywood devient vraiment la capitale mondiale du cinéma. Des centaines de jeunes filles naïves, fascinées par le 7e art, se laissaient séduire par les sunlights et la promesse d’un rôle dans un film.

    Parallèlement, l’Amérique des années 50 voit la censure se mettre ne place avec le code Hays, les ligues des bonnes mœurs et le puritanisme hypocrite, qui cloue certains au pilori et ferme les yeux sur les frasques d’autres.

    C’est dans ce contexte que l’actrice Elisabeth Badina disparaît en 1959. Enlèvement ? Meurtre ? Disparition volontaire ? Elle laisse derrière elle un petit garçon d’un an à peine, né dans le plus grand secret. Elevé par sa grand-mère, David Badina sera brutalement confronté à ses origines le soir de ses 40 ans. Il n’aura de cesse de découvrir la vérité sur la disparition de sa mère.

    Valentin Musso nous offre à nouveau un récit à l’intrigue menée de main de maître. Il installe lentement la situation (1959 à Los Angeles – 1998 à New York) et les personnages avant de nous entrainer dans une enquête riche en rebondissements et sans temps morts. A travers les récits des derniers témoins vivants, il nous plonge dans le monde du cinéma hollywoodien et c’est passionnant. David va de découverte en découverte et a parfois des difficultés à garder l’équilibre entre son présent difficile et le passé. Penché au bord du gouffre que certaines révélations ouvrent sous ses pieds, il sera amené à mettre de l’ordre dans sa propre vie, à se remettre en question et à faire des choix. Les personnages principaux sont attachants tout comme leur parcours de vie et l’auteur a parfaitement décrit leur psychologie et son évolution.

    Chez Valentin Musso, on ne trouve pas de descriptions gores, d’hémoglobine, ni de tension insoutenable mais il accroche le lecteur par un indéniable talent d’écriture et de conteur.

    Ce roman où l’amour, sous diverses formes, joue une place importante est moins sombre que les précédents et l’auteur y témoigne de sa passion pour le cinéma. Le parallèle qu’il développe entre les deux époques de narration, que ce soit sur la politique, les scandales, la sexualité, la surveillance des célébrités ou la chasse aux sorcières, n’est pas non plus dénué d’intérêt.

    Tous ces points positifs en font une lecture agréable, addictive et enrichissante que je vous conseille vivement.

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jacqueline
    Lundi 30 Juillet à 09:43
    J'aime beaucoup Valentin Musso mais ce roman ne m'a pas emballée. ..J'ai trouvé le démarrage lent et trop de blabla sur la fausse piste du FBI....Heureusement, la "parole" de la mère les trois derniers jours avant sa disparition titillent l'intérêt du lecteur ....
    2
    Jacqueline
    Lundi 30 Juillet à 09:43
    Oups ....titille ....
      • Lundi 30 Juillet à 12:01

        Effectivement, le début est lent, je l'ai relevé. Mais cela ne m'a pas gênée. Je pense que j'aime tellement cette période, que je suis tellement curieuse d'en savoir toujours plus sur le dessous des strass et paillettes que cela est passé en arrière plan.

         

    3
    Lundi 30 Juillet à 21:51

    J'aime bien cet auteur, j'aime bien son écriture. Je les ai tous lus, je pense. 

    Celui-ci n'est pas mon préféré. 

    Bonne semaine. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :