• La littérature de jeunesse

    Quand je repense à mon enfance et mon adolescence, et aux livres que je dévorais alors, je revois d'abord, les livres de la Comtesse de Ségur. Je les ai tous lus, parfois avec l'aide de ma grand'mère qui me faisait la lecture le soir au pied de mon lit.

    Viennent ensuite les Fantômettes, Club des Cinq, Clan des Sept, Signes de Pistes... Et enfin, les Sylvie (des éditions Marabout : tout un symbole), quelques Bob Morane puis la collection Travelling qui accompagna mon adolescence.

    Un foisonnement de récits d'aventures, éducatifs et initiatiques, à visée morale et assez éloignés du monde et des précoccupations des adultes. C'était alors une époque où l'enfant était considéré comme un être innocent à protéger. Les romans étaient donc plutôt édulcorés. Ce qui n'a pas empêché plusieurs générations d'enfants d'y trouver plaisir et délassement.

    Après la parution de Psychanalyse des contes de fées de Bruno Bettelheim (1976), les choses ne seront plus comme avant. Il convainc les éducateurs de l'époque que l'enfant a des angoisses existentielles et est capable de comprendre inconsciemment le message sous-entendu d'un récit pour donner du sens à sa propre existence.

    Que l'on adhère ou pas à cette vision des choses, force est de constater que désormais, la littérature de jeunesse va gagner en reconnaissance. Dès la maternelle, de bons albums, sensibles et intelligents seront proposés aux enfants. La littérature leur permettant de mieux comprendre le monde qui les entoure, de le rendre plus accessible et intelligible.

    Bien que le monde du livre soit en difficulté, la littérature de jeunesse est devenue un secteur phare de l'édition, l'un des plus dynamiques, et l'un des moins sinistrés en terme de ventes. Les adolescents d'aujourd'hui sont particulièrement gâtés par le choix qui s'offre à eux. Les bons auteurs se comptent par dizaines apportant leur touche et leur personnalité à divers genres littéraires. Les thèmes abordés sont vastes. Et les héros qu'on leur propose sont abordables.

    D'ailleurs, le fossé se comble entre les catégories, les tranches d'âge. Il y a trente ans, on entrait dans les livres "de grands" entre 14 et 18. Age où j'ai découvert la collection Travelling. Maintenant, la littérature jeunesse touche parfois des lecteurs plus âgés. Stephenie Meyer et sa saga peuplée de vampires est lue avec passion des pré-ados aux trentenaires. Marie Desplechin ou Agnès Desarthe écrivent à la fois des livres pour ados et des romans pour adultes. Anna Gavalda s'est aussi essayée avec brio à la littérature jeunesse.

    Si la Comtesse de Ségur était attachée à un objectif éducatif lorqu'elle écrivait pour ses petits enfants, il semble que cela soit moins le cas aujourd'hui. Mais les livres jeunesse de qualité conservent toutefois cette ambition.

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Véro F
    Dimanche 7 Novembre 2010 à 08:47

    http://www.rtbf.be/sanschichis/appel-a-temoin/detail?id=47

    Regarde...une piste pour motiver tes élèves???? Il faut oser. Nous avons eu le même parcours littéraire dans l'enfance!

    2
    argali Profil de argali
    Dimanche 7 Novembre 2010 à 11:18

    Merci pour cette idée. J'ai écrit, on verra bien.

    3
    Véro F
    Lundi 8 Novembre 2010 à 19:46

    suis tjs à la recherche de bons plans! lol

    4
    Basque
    Lundi 6 Décembre 2010 à 15:14

    Pensez-vous vraiment que la littérature jeunesse soit indispensable ? Côté marketing, c'est une aubaine pour les maisons d'édition, je n'en disconviens pas. Mais la littérature universelle renferme des trésors méconnus que nos enfants et nos jeunes ignorent superbement. Pourquoi ne plus donner à lire "L'ile au trésor", "La Capitaine Fracasse", "Le comte de Monte Cristo", "La gloire de mon Père"... Cela peut être lu à tout âge. Et l'on peut encore y trouver du plaisir en 2010 !

    5
    argali Profil de argali
    Lundi 7 Février 2011 à 12:16

    La littérature de jeunesse est-elle indispensable ? Vaste débat. Une chose est sûre, ce qui faisait rêver les enfants d'hier ne ressemble plus à ce qui fait frémir ceux d'aujourd'hui. La télévision, le cinéma, les jeux vidéos... ont ouvert des mondes nouveaux, des réalités autres et un livre comme "Le Petit Chose" ou Le noeud de vipères" que j'ai lus en humanités ne parlent plus aux jeunes d'aujourd'hui. Il faut le savoir. Il faut aussi en tenir compte si l'on désire que la pratique et le goût de la lecture ne se perdent dans des plaisirs plus immédiats que sont les plaisirs virtuels. Pour rivaliser, il faut leur proposer aussi des ouvrages contemporains de qualité.

    6
    Mercredi 21 Septembre 2011 à 14:36

    Je crois qu'il y a, aujourd'hui, de vraies pépites dans la littérature jeunesse bien éloignées des livres qui ont eu leur succès il y a quelques années. Pourquoi ne pas en profiter? Nos enfants ont un choix très vaste. Tant mieux!

    Bonne après-midi.

    7
    Vendredi 29 Mars 2013 à 09:00
    Mypianocanta

    Ayant un bout d'chou lecteur à la maison, j'ai ressorti mes livres de jeunesse. Et la Comtesse de Ségur ou le Club des 5, ne protègent pas tant que ça - entre la méchanceté des personnages, les promenades dans les grottes qui font peur etc - pour les 6-7 ans, cela reste totu à fait d'actualité.
    Par contre, juste comme ça, M. Bettelheim est de plus en plus contreversé et Hollywood qui s'appuie sur ses dires pour transformer les contes de Fées en films d'action, devrait réfléchir à deux fois :P (OSEF, ils ne me liront pas)

    Et pour répondre à Basque : L'ile au trésor ou Les Lettres de mon Moulin etc font toujours recette auprès de l'imagination des jeunes lecteurs. Ils ont juste plus le choix que certaines générations.

    8
    Vendredi 29 Mars 2013 à 15:20

    Tout comme toi, les versions hollywodiennes ne me disent rien du tout. Blanche-Neige, Hansel et Gretel et cie... beurk !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :