• La mort, entre autres, Philip KERR

    La mort, entre autres, Philip KERR1949. Bernie Gunther vit une passe difficile. Sa femme se meurt et il craint que le matricule SS dont il garde la trace sous le bras ne lui joue de sales tours. Une cliente affriolante lui demande de retrouver la trace de son époux nazi, et le voici embarqué dans une aventure qui le dépasse. En dépit de son cynisme, Gunther est une proie facile pour les femmes fatales.

     

    Mon avis :

     

    Epoustouflant. C’est le premier mot qui me vient à l’esprit pour caractériser l’intrigue de ce roman. J’avais déjà beaucoup aimé « La trilogie berlinoise » mais j’ai envie de dire que ce 4e tome est encore un cran au-dessus.

    On retrouve l’atypique détective Bernie Gunther aux prises avec les démons du passé. Les siens d’abord, les ex-nazis en fuite ensuite. Plus l’histoire avance, plus l’intrigue s’épaissit pour ne vraiment s’éclaircir, c’est paradoxal, que lors d’une nuit de brouillard intense, à la toute fin du récit.

    Tout au long des cinq cents pages de ce roman, l’atmosphère est oppressante tant les cruautés qui sont évoquées sont ahurissantes. J’ai beau bien connaitre la Seconde Guerre mondiale et les exactions commises pendant ces années noires, je ne peux m’habituer à lire à quel point l’homme peut se montrer bestial et cruel. Cependant, et c’est un des génies de Kerr, rien n’est jamais décrit en détails. Les actes ne sont que suggérés, effleurés mais les mots choisis font mouche à chaque fois malgré tout.

     

    Ici, nous plongeons dans le passé de deux camps. Celui de Dachau d’abord, près duquel Gunther a hérité bien malgré lui d’un hôtel qui périclite. Celui de Janowska ensuite où s’illustrèrent les odieux bouchers Friedrich Warzok et Eric Gruen. Là où fut aussi incarcéré Simon Wiesenthal.

    Ce camp où la barbarie régnait en maître était connu pour être dirigé par des bourreaux impitoyables ayant chacun leur manière favorite d’exécution : qui la hache, qui le fusil, qui le couteau ou les expériences « médicales ». Deux cents mille personnes y furent mises à mort. Les scènes de tir dans « La liste de Schindler » - où le dirigeant du camp se défoule chaque matin en assassinant quelques prisonniers au hasard, qui ont juste le malheur d’être dans son champ de vision - ne sont rien à côté des sévices et atrocités perpétrés là-bas.

     

    C’est dans ce monde pernicieux et hypocrite, celui des anciens nazis cherchant à échapper à la justice pour crimes de guerre, qu’évolue Gunther. Bien qu’expérimenté, il fait montre dans cette histoire de légèreté et de naïveté, sans doute un temps amoindri par les événements de sa propre vie. Il sera balloté au gré des turpitudes de certains jusqu’à ce que le vrai détective, clairvoyant et déterminé, ne refasse surface pour nous offrir un festival de réactions à la hauteur de sa réputation.

     

    La fidélité de l’auteur à l’Histoire est une fois de plus stupéfiante. Documenté d’une manière précise, Philip Kerr ne laisse rien au hasard dans cette intrigue. Tout y est rigoureusement exacte (même les articles de Life de juin 45) au point que l’on ne sait plus où finit l’Histoire et où commence la fiction. Son travail est remarquable et ciselé avec art. Ce roman (comme les autres d’ailleurs) n’est pas seulement un très bon policier. Il est aussi un excellent récit historique. Récits que chacun devrait lire pour ne pas oublier.

      

      

     La mort, entre autres, Philip KERRLa mort, entre autres, Philip KERR

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Jacqueline H
    Mercredi 4 Avril 2012 à 10:52

    Je n'ai pas lu "La Trilogie berlinoise" ...... d'où ma question : ce roman peut-il être lu indépendamment ?

    2
    Mercredi 4 Avril 2012 à 11:42
    Anne Sophie

    je vais d'abord lire la trilogie berlioise, puis j'enchainerai sur ce titre

    3
    Mercredi 4 Avril 2012 à 12:08

    j'ai les 2 chez moi...et d'autres sortes, il est temps que je m'y mette !

    4
    Mercredi 4 Avril 2012 à 12:33

    Oui, Jacqueline, tu peux lire les deux séparemment. Il y a quelques rappels utiles pour suivre l'histoire et on peut se passer de la trilogie pour comprendre. Mais pour goûter le tout c'est mieux. Là, c'est la fan qui parle  Je suis tellement imprégnée de l'atmosphère que je me demande si je ne vais pas lire la suite avant tout autre livre.

    5
    Mercredi 4 Avril 2012 à 23:25

    Ah c qu tu me donnes envie de faire remonter la Trilogie dans la PAL !! Merci our ce bel article.

    6
    Philippe D Profil de Philippe D
    Jeudi 5 Avril 2012 à 06:30

    Je ne connais pas non plus. Cette histoire pourrait sûrement m'intéresser mais ma PAL vient encore subitement de s'agrandir...

    7
    Lundi 9 Avril 2012 à 21:07
    Alex-Mot-à-Mots

    Un très bon roman, je confirme. J'avais acheté le livre avec les 3 premiers volumes.

    8
    Mardi 10 Avril 2012 à 09:24

    @Philippe : comment ça « subitement » ? Toute seule, comme une grande ?


    @ Alex : si tu as l’occasion continue ta découverte, celui-ci est excellent. Peut-être mon préféré.


    @Anne : tu devrais aimer. C’est dur mais tellement bien écrit.

    9
    Misstrip
    Mardi 10 Avril 2012 à 23:52

    J'ai acheté "La trilogie berlinoise" dès mon retour du Quai des Polars. Tu te souviens comme j'avais hésité?... J'aurais bien dû... le livre aurait été dédicacé. Tant pis! Je te donnerai mon avis dès qu'il aura été lu. Pas de suite, de suite!...

     

    10
    SimonGi
    Vendredi 15 Juin 2012 à 23:54

    J'ai retrouvé avec plaisir l'inspecteur Gunther. J'apprécie ces romans qui nous plongent dans le passé, au coeur de l'histoire tout en créant une atmosphère policière. J'ai été, une fois de plus, estomaqué par la cruauté nazie et l'indifférence, l'insensibilité aux souffrances humaines. Je conseillerais ce livre aux jeunes afin qu'ils découvrent d'une part, les barbaries dont les hommes sont capables et d'autres part pour qu'ils ne les oublient pas et ne les reproduisent pas. (Merci de m'avoir fait découvrir cet auteur)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :