• La sonate oubliée, Christiana MOREAU

    La sonate oubliée, Christiana MOREAUÀ 17 ans, Lionella, d’origine italienne, ne vit que pour le violoncelle, ce qui la distingue des autres adolescents de Seraing, la ville où elle habite en Belgique. Elle peine toutefois à trouver le morceau qui la démarquerait au prochain grand concours Arpèges. Jusqu’au jour où son meilleur ami lui apporte un coffret en métal, déniché dans une brocante. Lionella y découvre un journal intime, une médaille coupée et... une partition pour violoncelle qui ressemble étrangement à une sonate de Vivaldi. Elle plonge alors dans le destin d’Ada, jeune orpheline du XVIIIe siècle, pensionnaire de l’Ospedale della Pietà, à Venise, dans lequel "le prêtre roux", Antonio Vivaldi, enseignait la musique à des âmes dévouées. 

     

    Mon avis :

     

    « La sonate oubliée » est le premier roman de Christiana Moreau. Il nous emmène à Venise au 18e siècle, au bord du Grand Canal et à Seraing de nos jours, en bord de Meuse. Le parallèle est osé, original et intéressant.

    Kevin et Lionella ont grandi dans cette cité métallurgique, fleuron de l’industrie sous John Cockerill au 19e siècle. Mais eux n’ont connu que la grisaille, les fermetures successives, le chômage et les difficultés de vie de leur entourage. Lionella s’évade par la musique grâce à ses talents de violoncelliste et Kevin rêve grâce à cette jeune fille qu’il admire et aime en secret. Un jour, il découvre sur une brocante un mystérieux carnet et une partition pour violoncelle qu’il lui offre. Il ne sait pas que ce cadeau va bouleverser leur vie.

    Ce roman réunit à travers la musique et à travers les siècles, deux jeunes musiciennes passionnées. L’une, Ada, a vécu à Venise et suivi les cours de musique du Maestro Vivaldi. L’autre, Lionella prépare le prestigieux concours Arpèges qui, si elle le remporte, lui ouvrira les portes d’un monde dont elle n’ose rêver. Grâce au cadeau de son ami d’enfance, elle lit le journal intime d’Ada et plonge au cœur du 18e siècle où elle découvre le destin tragique de la jeune orpheline.

    Mêlant judicieusement les époques, Christiana Moreau nous fait voyager à travers une ville et une époque, riches en histoire et en culture. Elle nous parle de Vivaldi, compositeur et maitre de la musique baroque et rend hommage à ces jeunes orphelines de l’Ospedale della Pieta, qui, lorsqu’elles montraient un talent musical, suivaient des cours au sein de l’institution. Cette éducation musicale poussée en faisait des musiciennes de talent réputées, mais les règles de l’institution les obligeaient à vivre cloîtrées et à ne jouer pour un public que dissimulées derrière un paravent.

    Instructif, romanesque et agréable à lire, ce roman au charme certain nous offre l’opportunité de découvrir deux lieux que tout oppose. Leur atmosphère, leur histoire, la vie qui s’y déroule au quotidien sont bien rendues et les deux histoires s’imbriquent joliment l’une dans l’autre. Quant aux personnages, ils sont attachants grâce à leur personnalité à la fois déterminée et fragile.

    Un beau moment de lecture.

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 22 Juillet à 20:40
    Anne (desmotsetdesno

    Ce roman est dans ma PAL, je sens que ça va me plaire aussi ;-)

      • Mardi 23 Juillet à 14:50

        Quelques défauts de premier roman mais une histoire vraiment sympa.

    2
    Lundi 22 Juillet à 21:32

    Une belle surprise alors que ce roman ! 

    Bonne soirée. 

      • Mardi 23 Juillet à 14:50

        Oui vraiment. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :