• Le carrefour des Ecrasés, Claude IZNER

    Le carrefour des Ecrasés, Claude IZNERLe Carrefour des Écrasés, situé entre la rue Montmartre et le Faubourg Poissonnière, porte bien son nom. En ce mois de novembre 1891, le corps "sans visage" d'une jeune femme est découvert au petit matin sur le carrefour. Tout de rouge vêtue, la jeune femme ne portait pas de chaussures. Ce même jour, un certain Grégoire Mercier, "berger en chambre" rue des Reculettes (XIIIe arrondissement), rapporte à Victor Legris, libraire et enquêteur à ses heures, un escarpin rouge de femme, contenant, en guise de semelle, le papier à en tête de sa librairie de la rue des Saints-Pères. Claude Izner, dans cette troisième aventure de l'intrépide Victor Legris et de son truculent commis, Joseph, nous entraîne de nouveau dans un merveilleux voyage au cœur du Paris de la fin du XIXe siècle.

    Mon avis :

    J’ai retrouvé avec bonheur les personnages chers à Claude Izner. Quelques mois se sont passés depuis la précédente aventure et nous les retrouvons là où nous les avions laissés. Victor est toujours amoureux de Tasha et tente difficilement de lui laisser sa liberté créatrice et de taire sa jalousie ; Mr Mori, toujours aussi secret, vaque à ses occupations en toute discrétion, du moins le croit-il ; Joseph se partage entre son travail à la boutique et son rêve de devenir écrivain et les clients se suivent, cherchant l’un ou l’autre livre rare ou franchement édité. Bref, la routine. Jusqu’à ce qu’un nouveau mystère perturbe leur quotidien.

    L’intrigue est très soignée, s’affinant de tome en tome, et les personnages typés. Nous plongeons dans le Paris des cabarets et des noctambules et faisons connaissance avec Erik Satie, Aristide Bruant, Toulouse-Lautrec, les danseuses du Moulin Rouge, les caf’conc’ et les ritournelles de l’époque… Epoque de « Là-bas » d’Huysmans, de « Thermidor » de Victorien Sardou, créé à la Comédie Française -deux œuvres largement controversées- et des débuts d’une nouvelle science, la neurologie, dont les bases ont été posées par le professeur Charcot, médecin de la Salpêtrière.  C’est aussi l’époque où les journaux ne savent plus où donner de la tête tant les crimes crapuleux et les agressions sont nombreux dans la capitale. Victor Legris a du pain sur la planche.

    C’est toujours un bonheur de se promener dans ce Paris bigarré, gouailleur, où se côtoient riches et pauvres, Républicains, Royalistes et partisan de l’Empereur, Parisiens de naissance et d’adoption. Le franc-parler de chacun, le phrasé typique des différentes couches de la population… rendent l’histoire savoureuse tant ils sont bien brossés.

    A chaque histoire, on s’attache aussi un peu plus aux héros. J’avoue d’ailleurs avoir un faible pour le jeune Joseph dont le bon sens populaire et la gentillesse font merveille à chaque fois.

    Un bien agréable moment de lecture.

    Le carrefour des Ecrasés, Claude IZNER

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 15 Février 2013 à 13:00
    Anne (desmotsetdesno

    J'aime bien cette série aussi ! Mais je suis en retard, tant de tentations traînent dans ma PAL... :)

    2
    Dimanche 17 Février 2013 à 19:28

    J'essaye de retenir, ces bouquins m'intéressent mais pour l'instant j'essaye de faire baisser ma PAL.

    Bonne reprise (6 semaines).

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :