• Le Crime - Histoire d'amour, Arni THORARINSSON

    Le Crme - Histoire d'amour, Arni THORARINSSONAvant ils étaient heureux, une famille heureuse, et puis ils l’avaient appris et leur vie était devenue un enfer. Ils ont tout caché, surtout pour leur fille, mais se sont engagés à lui parler le jour de ses dix-huit ans. Tous les trois, ils ont attendu ce jour et craint son arrivée.
    La mère veut, contre vents et marées, tenir sa promesse. Le père doute que la vérité les libère du cauchemar qu’est leur vie. La fille se révolte, essaie de survivre, de les tenir à l’écart, elle les hait autant qu’elle les aime. Elle vit loin d’eux, entourée d’amis bien intentionnés, qui l’aiment, eux.
    Le Crime est l’histoire inquiétante d’une journée fatale, dont le souvenir obsède longtemps le lecteur, épouvanté et désolé de ce grand gâchis que peut être toute vie.

    Mon avis :

    J’ai découvert ce roman grâce à Michel Dufranne qui en a dit beaucoup de bien dans « Livrés à domicile ». Ce court roman noir se lit d’une traite tant la tension, puissante, parcourt le livre d’un bout à l’autre.

    Comment une phrase, une toute petite phrase, peut-elle irrémédiablement gâcher la vie d’une famille heureuse ? Comment une fillette de 8 ans va-t-elle voir sa vie basculer sans comprendre, sans savoir, sans rien maitriser de ce qui lui arrive ?

    J’ai adoré ce thriller familial islandais. Non seulement en raison de l’intrigue qui tient en haleine ou des personnages très justement dépeints ou encore de la description de la descente aux enfers de chacun et de l’emprise de la fatalité sur leur vie mais surtout par la manière surprenante dont ce roman noir nous pousse à nous interroger sur ce drame familial, ses causes et ses conséquences et aussi sur ce qu’est une famille. Etre mère, père ou fille, qu’est-ce que cela signifie ?

    Les voix des trois protagonistes s’entremêlent ici, tissant vaille que vaille la trame des relations éclatées de cette famille. Frida est devenue une jeune fille amère, révoltée, vulnérable, en attente de la vérité. Son père, psychologue désabusé s’est réfugié dans son travail. Sa mère a sombré dans l’alcool et les médicaments, désespérée. Chacun attend fébrilement le 18e anniversaire de Frida. Celle-ci car elle espère pouvoir enfin comprendre. Ses parents parce qu’ils craignent ces révélations et ce qu’elles pourront encore engendrer.
    Quel est donc ce secret, cette révélation destructrice qui a provoqué un tel sentiment de culpabilité et de désespérance dans cette famille ordinaire ? Et comment Frida y fera-t-elle face ?

    Superbement maitrisé, Le crime est un récit d’amour poignant et tragique qui pose la question de la vérité et de sa nécessité. L’adage qui dit qu’on n’est pas malheureux de ce qu’on ignore semble parfaitement s’appliquer ici. Que serait-il arrivé si la vérité n’avait pas éclaté ?

    L’écriture ciselée et précise de l’auteur, sa poésie et son style rythmé crée une tension permanente que les différents points de vue narratifs, empreints de souffrance et de détresse accentuent encore. On découvre un aspect effroyable de la société islandaise que les personnages qui gravitent autour de cette cellule familiale éclatée ne rattrapent guère, tant ils sont cyniques et brutaux.

    Je ne peux que vous conseiller cet excellent roman noir, haletant et d’une force que je n’attendais pas. Il m’a laissée KO.

     

     

     

    Arni Thorarinsson est Islandais. Eric Boury a traduit ce roman en français.

     

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 29 Mars 2016 à 10:23
    Alex-Mot-à-Mots

    Sacré coup de coeur. Allez hop, je le note !

    2
    Jacqueline
    Mardi 29 Mars 2016 à 19:28

    Comment résister à un tel billet ..... Je note ....:)

    3
    Misstrip
    Mardi 29 Mars 2016 à 20:01

    Un que je vais lire. Pour le sujet et pour l'auteur islandais. Merci pour le billet.

    4
    Jacqueline
    Lundi 4 Avril 2016 à 20:38

    Quel roman !!! J'en sors toute retournée ..... Merci pour cette découverte ....

      • Mardi 5 Avril 2016 à 10:05

        Oui, je comprends. J'y pense encore aussi.
        Contente que tu ais aimé.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :