• Le livre de la neige, François JACQMIN

    Le livre de la neige, François JACQMINLe Livre de la neige est le récit de l’extase du poète face à la nature. Les paysages enneigés, les oiseaux, les arbres qui peuplent les textes de François Jacqmin prennent vie grâce à des mots précis et à un langage limpide. Mais dans ces textes délicatement teintés d’humour, la poésie va au-delà de l’éveil de la nature pour questionner le sens.

    Mon avis :

    Né en 1929 en province de Liège, François Jacqmin est un poète belge considéré comme l’un des deux ou trois plus grands de Belgique, même si son œuvre est méconnue. Discret, il interroge dans toute son œuvre, la possibilité d’appréhender le réel ainsi que le rapport du poète au langage. Pour lui « la poésie sera consolatrice ou rien ». « Le Livre de la neige » est sa dernière œuvre, parue en 1990, deux ans avant sa mort.

    Dans ce recueil, François Jacqmin tente de traduire en mots, les paysages d’hiver et les sensations qu’ils éveillent en lui. Il tente de dépasser l’impuissance de la poésie à conserver la trace de l’émerveillement de l’homme devant la nature. Il partage sa passion pour la contemplation de la nature qui déploie son spectacle avec une froideur mécanique sur laquelle l’homme n’a pas prise. Sa poésie est toute de rigueur comme si coller le plus possible à la réalité lui permettait de mieux faire comprendre sa pensée.

    Ses textes ne sont pas faciles, non que la forme soit obscure mais le fond dépasse la beauté des descriptions pour nous emmener au-delà, vers une deuxième lecture. Il aime mêler la réflexion philosophique à ces moments pris sur le vif. Une nouvelle image émerge alors. Je reconnais humblement n’avoir pas goûté à toutes. Certaines me sont restées hermétiques.
    Je suis néanmoins contente d'avoir découvert ce poète que je ne connaissais que de nom.

     

    Dans le cliquetis des flocons,
    on entend
    une rumeur que l'on pourrait comparer au
    discours de la conscience.
    Ces bruits
    nous font franchir la barrière des glossaires.
    Notre âme
    se refait continuellement ainsi, au détour
    de l'équivoque, lorsque
    les choses ne nous disent rien de cohérent.


     

    Nous comprîmes que la tempête de neige
    était une réplique de nos déchirures.
    Ce qui se pressait avec la horde
    des flocons,
    c'était la multitude des visages aimés qui
    souffraient d'être effacés,
    mais non apaisés.
    Lorsque le calme revint, nous avons balayé notre cour
    et avons rassemblé ces vagabonds de la mémoire
    en un monceau de terrifiante indifférence.


     

    Je ferme les yeux
    et les mélèzes entrent
    dans une phase acétique.
    Je tremble.
    Et mon corps
    devient une appréhension
    plutôt que le lieu d’un frisson.
    Je m’amenuise
    jusqu’à l’ivoire de l’ellipse.
    Il a fallu que l’infini
    se rapproche de moi
    pour que je ne découvre rien.
    C’est dans mon expérience du monde
    que je perds tout.

     

     Le livre de la neige, François JACQMIN

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 7 Avril 2016 à 07:11
    martine

    Ma journée commence merveilleusement bien, grâce à toi happy

    La poésie m'enchante et découvrir un nouveau poète... quel bonheur ! Les extraits que tu cites me donnent envie d'aller plus avant dans cette découverte.

    Merci sarcastic

    2
    Jeudi 7 Avril 2016 à 09:28

    Je ne connaissais même pas de nom ce poète... Quel est ou quels sont les autres des deux ou trois plus grands poètes de Belgique ? Je retiens ce Livre de la neige pour le découvrir à mon tour à l'occasion.

      • Jeudi 7 Avril 2016 à 13:23

        L'auteur (prof à l'ULG) de l'assertion que j'ai empruntée citait Verhaeren et Plisnier.

    3
    Jeudi 7 Avril 2016 à 10:38
    Alex-Mot-à-Mots

    Moi non plus, je ne connaissais pas ce poète. Merci pour la découverte.

    4
    Jeudi 7 Avril 2016 à 11:35
    Anne (desmotsetdesno

    Eh bien merci pour la découverte parce que je ne connaissais même pas le nom de François Jacqmin, moi non plus ! Les textes que tu nous proposes me donnent envie d'en découvrir plus.

    5
    Jeudi 7 Avril 2016 à 13:21

    Heureuse de vous avoir fait découvrir un auteur alors que d'habitude c'est l'inverse. wink2

    6
    Jeudi 7 Avril 2016 à 21:20

    La poésie et moi, c'est deux ! Mais, pour moi, ce texte, c'est de la prose disposée comme un poème ! 

    7
    Vendredi 8 Avril 2016 à 06:59

    J'ai aussi beaucoup aimé la découverte de ce recueil de Jacqmin avec lequel j'ai ouvert le mois belge :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :