• Le projet Shiro, David S. KHARA

    Le projet Shiro, David S. KHARAHabitué à abattre ses ennemis de sang-froid, l'agent du Mossad Eytan Morg est sur la brèche. Son mentor a été enlevé et son seul espoir de le retrouver est de s'allier avec sa plus grande rivale. Du Maryland à Tokyo en passant par la République tchèque, à l'heure ou le présent semble prêt à répéter les erreurs du passé, s'engage un combat à la mesure de l'Histoire...

    Mon avis :

    Enthousiasmée par « Le projet Bleiberg », et ayant reçu « Le projet Shiro » grâce à un concours organisé par Paikanne sur son blog, c’est tout naturellement que j’ai enchaîné les lectures. C’est d’ailleurs conseillé car, si les deux récits peuvent se lire indépendamment l’un de l’autre, les allusions au premier sont nombreuses.

    Nous retrouvons Eytan Morg, quelques semaines à peine après l’incident qu’il a provoqué dans le premier opus de cette trilogie. Alors qu’il pense pouvoir se reposer et se retirer du monde, une nouvelle mission lui est confiée et non des moindres.

    David Khara poursuit ici son immixtion au sein des laboratoires pharmaceutiques et scientifiques pour dévoiler l’horreur des expériences les plus atroces, pratiquées sur des êtres humains, à de pseudo fins scientifiques. « Le projet Bleiberg » nous dévoilait les monstruosités nazies, « Le projet Shiro » lève un coin du voile sur les exactions japonaises en Manchourie à la même époque. Il révèle aussi l’implication de l’Occident qui par désintérêt ou bas calcul à laisser faire.

    Comme dans le précédent roman, l’auteur nous balade à travers le monde de 1943 à nos jours, installant peu à peu les liens entre les personnages et les époques. Maitrisant parfaitement son sujet, documenté avec précision, il nous emmène sur les pas d’Eytan au cœur de l’innommable. Actions tonitruantes et moment de réflexions alternes pour laisser le scénario se mettre en place tout en permettant au lecteur d’échafauder des hypothèses sur les ramifications possibles entre les protagonistes. Sa plume vive et acérée nous captive dès les premières lignes, le sujet en lui-même fait le reste. Comment l’homme peut-il être à ce point un loup pour l’homme ?

    Plus encore que dans le premier tome, j’ai apprécié les traits d’humour que l’auteur distille ça et là, tant le sujet est grave. Quelques bouffées d’air dans ce monde de brutes furent les bienvenues.

    Le personnage d’Eytan s’étoffe et se révèle davantage, pour notre plus grand plaisir. Malgré sa qualité d’agent du Mossad et ses manières de tueurs, on ne peut s’empêcher de le trouver sympathique et d’entrer en empathie avec lui. Le duo improbable fonctionne aussi parfaitement. Bref, un très agréable moment de lecture qui ne laisse quasiment pas de répit. Un récit encore meilleur que le précédent.

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 2 Avril 2013 à 13:42
    Alex-Mot-à-Mots

    Le permier m'avait déçu, je n'ai pas continué.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :