• Le royaume de Minuit, Max DUCOS

    Le royaume de Minuit, Max DUCOSAchille est élèves à l’école des Bois profonds. Une école extraordinaire à plus d’un titre : elle a été conçue par le grand architecte Jean Prouvé et accueille des enfants pas comme les autres… Achille, lui, se distingue par son goût prononcé pour les bêtises. Et ce soir-là, après une énième punition, il décide de se laisser enfermer pour la nuit… Cette fois, enfin, l’école est à lui !

     

    Mon avis :

     

    J’ai découvert Max Ducos avec « Jeu de piste à Volubilis » et c’est avec plaisir que je viens de lire « Le royaume de minuit ».

    Achille a une imagination débridée quand il s’agit de faire des bêtises. Toujours prêt à réaliser un coup pendable, ce trublion joue avec les limites de l’autorité et se retrouve souvent puni, à l’écart, dans une autre pièce. Ce jour-là, on l’oublie et le soir est tombé quand il en sort. L’école est vide et toute à lui. Quelle est la première pièce que vous visiteriez à sa place ? Le bureau du directeur pardi ! Mais là, se trouve déjà Massimo, le fils de ce dernier qu’il a tendance à moquer. Celui-ci timide et replet est tout son opposé. Mais une balade nocturne va les rapprocher.

    Ce récit est un trésor d’imagination ! Amusante, originale et riche en trouvailles, c’est une actualisation des aventures de Don Quichotte. L’école, imposant bâtiment niché au fond des bois, se métamorphose en royaume de toutes les fantaisies. Chaque salle de classe devient le décor d’une aventure nouvelle et même la forêt qui cache un monstre terrifiant appelle ces téméraires chevaliers. Cette nuit pleine d’audace changera pour toujours ces deux garçons.

    Max Ducos, ce diplômé des Arts déco a, une fois de plus, soigné les dessins et y a glissé des références picturales et culturelles comme à son habitude : Achille prenant une pose impériale tel Napoléon ou défilant couronné comme Max des Maximontres, Achille se battant avec un squelette comme Peter Pan… L’auteur rend également un bel hommage à Jean Prouvé en s’inspirant de son design pour le mobilier de l’école et l’architecture du bâtiment.

    Vraiment, si vous ne connaissez pas Max Ducos, il vous faut le découvrir au plus vite. Ses récits sur l’enfance sont poétiques, tendres et tellement authentiques. Tous les jeux qu’inventent les deux héros sont criants de vérité. Chaque objet du quotidien devient, grâce à leur imagination, une épée, un bijou, un trésor… On s’y croirait.

    Petits et grands trouveront beaucoup de plaisir à découvrir cette histoire puis à y revenir pour mieux observer les planches et les détails qu’elles renferment. Ne passez pas à côté.

     


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :