• Le tram de Noël, Giosué CALACIURA

    Le tram de Noël, Giosué CALACIURAUn tramway quitte la ville, dans l’obscurité de la nuit de Noël, pour s’enfoncer vers les périphéries. A chaque arrêt, des précaires de la vie montent à bord. Ils se laissent bercer par le rythme du tram, dans le silence, en ce soir de réveillon où la magie n’opère plus, avec leur lot de misère, de tristesse et de déception. Au cœur de cette nuit, le cri d’un nouveau-né, déposé à l’arrière, va tresser un lien entre ces voyageurs, éveiller quelque chose en eux…

     

    Mon avis :

     

    Pour une fois, c’est la couverture de ce livre qui m’a attirée. Bien placé en vitrine de ma librairie, ce tram rouge à peine visible dans la nuit m’a intriguée. Cela fait quelques années que je n’ai plus lu de contes de Noël et ce « Tram de Noël » m’a donné envie de m’y replonger.

     

    Comme dans « Un conte de Noël » de Dickens, on plonge dans un univers sombre, triste, cruel au sein des laissés pour compte et des déçus de la vie. Les voyageurs de ce tram sont seuls en ce soir où tout le monde réveillonne et fête au cœur d’un foyer chaleureux. Eux sont là, dans le froid, la fatigue et la solitude. Rien ne les prédestinait à se rencontrer, ni même à se parler. Mais en cette nuit de Noël, un enfant va les rassembler et faire (re)naitre en eux des émotions oubliées.

     

    Ce court récit de douze chapitres présente, à chaque arrêt, la vie du passager qui monte dans le tram et la raison de sa présence. On côtoie un homme, veuf, cherchant un peu de chaleur humaine dans les bras d’une jeune prostituée qui ne pense qu’au repas qu’elle pourra faire ; un vieux vendeur de parapluies éreinté par sa marche incessante pour éviter les contrôles policiers ; un jeune garçon squattant une bâtisse loin après le terminus ; un mage d’Orient atteint d’Alzheimer ; une infirmière africaine dont une des patientes vient de mourir…

    Le style sensuel et baroque de l’auteur italien est riche en implicite et parvient à renouveler le genre du conte. Dans ce voyage improbable, parmi ces cabossés, on se surprend à retrouver toute la magie de Noël, la vraie, loin des clichés, de la société de consommation et des réjouissances artificielles. En ces temps particulièrement lourds, les mots de Giosué Calaciura résonnent et interpellent plus que jamais.

     

    Chaque chapitre est illustré par une superbe acrylique de Gérard Dubois, l’auteur de la couverture. Peintre et illustrateur, il a publié dans de nombreuses revues comme The New York Times et illustré des albums pour enfants. J’ai été séduite par ses œuvres, tout en noir et rouge, où se fond le personnage du chapitre. Elles subliment le conte et le rendent réel.

    Un conte de Noël tellement d’actualité et ce tramway, tel un phare dans la nuit, qui vient redonner un peu d’espoir ont fait de ce livre un coup de cœur.



     


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 17 Décembre 2020 à 20:13

    Je ne lirai pas de contes de Noël, mais je suis tombé sur une histoire qui se passe à Noël. Pourquoi pas? 

    Celui-là, je ne connais pas du tout. 

    2
    Dimanche 20 Décembre 2020 à 10:02
    krol

    C'est intéressant, dis donc !

      • Dimanche 20 Décembre 2020 à 22:49

        J'ai beaucoup aimé. N'hésite pas.

    3
    Lundi 21 Décembre 2020 à 10:46
    eimelle

    belle découverte!

    4
    Mardi 29 Décembre 2020 à 18:52

    La couverture m'a également fait de l'œil la semaine dernière en ressortant de la librairie. Comme Philippe je me suis dit "Non, pas un livre de Noël..." mais finalement tu me fais très envie. Il est très probable que ce livre rejoigne ma PAL... ;-)

      • Mercredi 30 Décembre 2020 à 01:05
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :