• Le voyage de cent pas, Richard C. MORAIS

    Mes lecturesAinsi débute l'ascension d'Hassan Haji, gourmet improbable du roman picaresque. Né au-dessus du petit restaurant de son grand-père à Bombay, Hassan grandit dans les senteurs de curry, entre les promenades dans les marchés aux épices et l'initiation à la bonne chère en compagnie de sa mère. Mais une tragédie pousse les siens vers l'exil. Direction l'Angleterre, d'abord, et, par la force des choses, la France et Lumière, un petit village du Jura dans lequel la famille Haji ouvre une gargote en face d'un respectable restaurant, celui de Mme Mallory, chef émérite. Une guerre culturelle et culinaire s'ensuit, jusqu'à ce que Mme Mallory accepte de prendre sous son aile le jeune Hassan, lequel finira par emprunter un chemin qui le mènera à Paris, vers de nouvelles aventures...

    Cent pas, c'est la courte distance qui sépare le boui-boui familial de l'établissement deux étoiles. Une vie sera nécessaire à Hassan Haji pour les parcourir.

     

    Mon avis :

     

    La couverture alléchante aux couleurs acidulées a attiré mon attention. Le fait que cela se passe en Inde a achevé de me convaincre. Sortant d’une lecture dans celle des années 30, je me suis plongée avec délice dans l’Inde contemporaine.

    La 1e partie brosse le portrait d’Ammi et Bappu, les grands-parents d’Hassan et de leur « entreprise ». Du snack des années de guerre, improvisé sous une tente de l’armée américaine, au restaurant réputé, construit en briques et en planches dans les années 80.

    Un drame familial lié à l’instabilité politique du pays obligera la famille à s’exiler en Angleterre. Ce sera le choc des cultures, la confrontation à la mondialisation, la perte des repères pour chacun. Jusqu’au jour où le père d’Hassan entrainera sa famille sur les routes européennes, traversant la Belgique, l’Allemagne, l’Italie… jusqu’à un petit village du Jura, Lumière, où la famille s’installera et ouvrira un restaurant indien.

      

    Ce roman savoureux aux parfums délicats fond littéralement sous la langue. Emporté par la vie de la famille, confronté aux choix qu’elle doit faire, peiné par les obstacles qu’elle rencontre – incompréhension, méfiance, jalousie…- on dévore l’histoire à pleine à dents, ralentissant de temps à autre pour déguster lentement l’un ou l’autre passage.

    On suit Hassan dans son ascension, on admire sa détermination, son obstination et l'assiduité avec laquelle il poursuit son rêve, la tête dans les étoiles et les pieds bien ancrés au sol.

    Ce roman culinaire très savoureux nous donne à penser. La cuisine est un art universel, elle rapproche, fédère, unit… Mais c'est aussi, dans le monde des grands, un milieu impitoyable où argent et influence peuvent tout. L'auteur rend d'ailleurs en passant, un hommage appuyé à Bernard Loiseau dont bien sûr, il ne cite pas le nom.

      

    Le mélange des genres, des cultures, nous emporte dans un tourbillon de couleurs et d'arômes. Tout au long du récit, nos sens sont en éveil et on se prend à rêver d'un jour où on pourrait, nous aussi, côtoyer les grands chefs.

    Un bel hommage à la cuisine et à ceux qui la font.

      

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 13 Juillet 2011 à 14:01

    Je n'ai jamais rien lu sur le sujet. Tu en parles bien, il semble qu'il t'ait bien plu mais ... plus de place sur ma liste de livres à acheter!

    Bonne après-midi.

    2
    Mardi 2 Août 2011 à 00:08
    Mamzellemelo
    Tu m'as convaincue, j'ai envie de le lire =) D'autant plus que je suis allée dîner dans un restaurant indien la semaine dernière.. ;)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :