• Les fidélités successives, Nicolas D'ESTIENNE D'ORVES

    Les fidélités successives, Nicolas D'ESTIENNE D'ORVES"Champion du double jeu, j'en suis à ne plus savoir qui j'étais, ni quelle vie était véritablement la mienne."
    Anglais et Français, résistant et collaborateur, lâche et héros, vivant et mort, Guillaume Berkeley a revendiqué, à un moment ou à un autre de sa vie, chacune de ces identités. Amoureux, tout comme Victor, son frère aîné, de Pauline, leur demi-sœur, il vit au rythme de ses « fidélités successives ».
    Aucun personnage n'est réellement ce qu'il prétend être.
     

    Mon avis :

    Ce long roman de 700 pages, paru l’an dernier, est une fresque romanesque et une étude de mœurs en même temps qu’un récit historique. La toile de fond est le Paris de la Collaboration, période sombre dont chacun des protagonistes préférerait ne pas se souvenir à la fin de la guerre.
    L’intrigue tourne autour de trois personnages : Guillaume, un jeune homme de 19 ans au début du récit, son frère Victor et leur demi sœur Pauline. Ayant grandis sur l’île anglo-normande de Malderney, Guillaume et Victor s’évadent chaque été vers Paris et le continent grâce aux récits de Simon Bloch, un riche Parisien passant ses vacances sur l’île. Quand l’arrivée de Pauline vient semer le trouble dans leur indéfectible complicité fraternelle, Guillaume choisit l’exil et demande l’hospitalité à Simon. Nous sommes en 1939 et Guillaume est entrainé dans la vie tourbillonnante et insouciante des nuits parisiennes. Jusqu’à ce que l’Histoire le rattrape.

    Malgré quelques longueurs, ce roman se dévore d’un bout à l’autre tant l’auteur sait ménager le suspens et réserver, jusqu’au bout, des rebondissements qui maintiennent l’intérêt. Peignant un tableau assez complet de cette période et des choix douloureux des protagonistes, l’auteur analyse finement la mécanique humaine et pose une question essentielle : est-on maître de son destin ?

    Intelligent et très documenté, d’une écriture limpide et forte, ce roman est passionnant. Mettant en scène une foule de personnalités de l’époque (de Rebatet à Sartre, en passant par Cocteau, Marais, Gallimard, Denoël, Céline, Brasillach, Petiot…) héros, anti-héros, collabos, il réussit le pari d’allier réalité et fiction, mettant en lumière la tolérance doucereuse et attentiste qui était l’état d’esprit de l’époque. Opportunistes, vrais collabos, trafiquants, cyniques, profiteurs, traitres… nous découvrons une belle brochette de personnages plus ou moins fréquentables, échantillon représentatif de la « bonne société » parisienne de l’Occupation, à la morale consensuelle.
    (En marge de cette lecture, j’ai passé des heures sur internet à la recherche de renseignements sur le Paris de cette époque et ai fait des découvertes passionnantes.)

    Le seul reproche que je ferais à ce roman c’est que, bien que la psychologie des personnages soit assez fouillée, on ne perçoive pas d’engagement véritable de la part de Guillaume. Il subit les événements, les rencontres, les influences, n’ayant –apparemment- aucune conviction personnelle, aucune valeur propre. Un mou, balloté par l’Histoire.
    Fut-il maître de son destin ?

     

     

     

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 13 Octobre 2013 à 00:22

    Merci mon amie,

    Malgré ma liste de lire à lire absolument hallucinante, je note quand même ta suggestion. Une période de la vie française qui m'intéresse grandement.

    Au plaisir de te lire.

    Amitiés

    2
    Dimanche 13 Octobre 2013 à 06:41
    Aifelle

    La matière du roman est passionnante, mais il part un peu trop dans tous les sens, et le personnage de Guillaume est de plus en plus incompréhensible et incohérent, c'est dommage. Mais je ne regrette pas de l'avoir lu, pour tout l'aspect documentaire.

    3
    Dimanche 13 Octobre 2013 à 17:27
    pascal d

    J'ai lu ce roman à sa sortie et j'avais également apprécié la recherche historique minutieuse qui tient lieu de toile de fond au récit. Le coté rocambolesque est une des caractéristiques des fresques romanesques. Le caractère pittoresque et singulier des faits est propre à exciter l'imagination. Sans cela, l'histoire se déroule de manière linéaire sans surprise. 
    Sans doute la vie de Guillaume est-elle particulièrement riche en événements. Mais cela fut aussi le cas de nombreux autres à l'époque, non ?

    4
    Dimanche 13 Octobre 2013 à 20:12
    Philisine Cave

    Il est à la bilbio, je le lirai quand l'envie se fera pressante. (pour l'instant on se snobe mutuellement)

    5
    Dimanche 13 Octobre 2013 à 20:39
    6
    Dimanche 13 Octobre 2013 à 20:48

    Je n'en ai jamais entendu parler. 

    Trop long! trop long! 

    7
    Dimanche 20 Octobre 2013 à 17:50

    Pascal, tu as le même avatar que moi ???

    8
    pascal d
    Mardi 22 Octobre 2013 à 16:29

    Oui, je ne comprends pas très bien pourquoi !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :