• Les spectres de la terre brisée, S. Craig ZAHLER

    Les spectres de la terre brisée, S. Craig ZAHLERMexique, été 1902. Deux sœurs kidnappées aux États-Unis sont contraintes à la prostitution dans un bordel caché dans un ancien temple aztèque au cœur des montagnes. Leur père, John Lawrence Plugford, ancien chef de gang, entame une expédition punitive pour tenter de les sauver, accompagné de ses deux fils et de trois anciens acolytes : un esclave affranchi, un Indien as du tir à l’arc, et le spectral Long Clay, incomparable pro de la gâchette. Le gang s’adjoint également les services d’un jeune dandy ambitieux et désargenté, attiré par la promesse d’une rétribution alléchante. Peu d’entre eux survivront à la sanglante confrontation dans les badlands de Catacumbas.

    Mon avis : 

     

    Un ex bandit est obnubilé par un impitoyable désir de vengeance. Il veut retrouver ses filles retenues prisonnières par un certain Gris, homme cruel et inflexible. Il monte alors une expédition punitive avec des partenaires hétéroclites et haut en couleurs. Une épopée sanglante commence.

    Ce récit western est une peinture crépusculaire d’un monde aride où l’homme ne peut se défaire de sa nature violente. JL Plugford réunit ses dernières forces par amour et pour l’honneur dans ce qui pourrait bien être son chant du cygne, sorte de vengeance purgatoire où le droit et la morale sont de plus en plus ténus.

    Si vous aimez le western, enfourchez votre cheval et galopez dans les plaines arides de l’Arizona et les montagnes du Mexique. On retient son souffle durant la lecture de ce roman violent, sombre, très sombre mais réellement très bon. Il y a un peu d’ « Impitoyable » et de « La Horde sauvage» dans ce récit dont l’intérêt réside essentiellement dans l’atmosphère ou la tension qui règne de part en part. Ajoutons-y des scènes d’action décrites avec un réalisme très cru qui les rend très cinématographiques. (Il se dit d’ailleurs que Ridley Scott serait pressenti pour l’adaptation.)

    Malgré la cruauté de ce récit, on y découvre des accents sarcastiques et de l’humour noir qui fait mouche et le rend jubilatoire.

    Je me suis surprise à dévorer ce western noir débridé et à aimer ce voyage qui mêle habilement intelligence narrative et puissance descriptive. Les courts chapitres et l’énergie qui se dégage de l’écriture de S. Craig Zahler apportent un rythme enlevé à la lecture qui se fait d’une traite. Quant au style, il est précis, léché et soutenu par un vocabulaire rare et des figures de style irréprochables.

    Casting implacable, décor impeccable et costumes de circonstance pour ce roman qui jouit, en plus, d’une excellente traduction qui ne trahit pas l’auteur. Bref, j’ai adoré.



    Les spectres de la terre brisée, S. Craig ZAHLER6e

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 26 Septembre à 21:20

    Je n'aime pas les westerns, alors, je passe. 

    Bonne fin de soirée. 

    2
    Jeudi 27 Septembre à 14:17
    Alex-Mot-à-Mots

    Même si tu as aimé, le genre western ne me dit rien.

      • Jeudi 27 Septembre à 23:01

        Oui, c'est particulier. Mais ce fut une belle découverte.

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :