• Lettres à mes frères et soeurs, Didier LETT

    Petite histoire des relations adelphiques à travers les plus belles lettres de personnages célèbres ou anonymes présentées par Didier Lett.
    De Marie-Antoinette à Maxime Le Forestier, en passant par Stendhal, Vincent Van Gogh ou encore Friedrich Nietzche... Découvrez les plus belles lettres de relations adelphiques de personnages célèbres et anonymes.

    Mon avis :

    Ce recueil de texte m’a été envoyé par Masse critique de Babelio. "Mots Intimes" est la nouvelle collection consacrée à l'art épistolaire et à l'amour des mots, publiée avec le concours du site deslettres.fr, et qui fait son entrée dans le catalogue des éditions Le Robert.

    Si tout le monde connait la chanson de Maxime Leforestier « Mon frère », on sait moins que Stendhal et Balzac écrivirent à leur sœur. Ce recueil nous propose vingt-deux textes entre frère et sœur, célèbres ou non. Vingt-deux textes qui mettent en lumière les relations parfois passionnelles, faites d’amour sincère, de haine, de jalousie, de respect ou de responsabilité lorsque les parents disparaissent prématurément.

    La lettre, support privilégié, est souvent le moyen d’oser dévoiler des sentiments que la proximité ne permettrait pas. Elle donne un accent de sincérité aux confidences et témoignages qu’elle contient. Et même si le langage usité est un peu désuet, ces lettres apportent un éclairage intéressant sur l’histoire familiale de chacun mais aussi sur l’Histoire, ainsi la lettre désespérée de Marie-Antoinette à son frère Léopold, un mois avant sa mort, qui ne recevra aucune réponse.

    Ce recueil est l’occasion de (re)découvrir certains personnages sous un angle différent, dans l’intimité de leur correspondance adelphique. La brève note biographique qui précède les lettres est la bienvenue pour éclairer la relation fraternelle qui va nous être dévoilée et situer le personnage. Il permet aussi de juger l'évolution de l'écriture au fil du temps, passant d'une rhétorique rigide et calibrée à un langage libéré de tout carcan formel.

    Un coup de cœur, ancien déjà, pour la chanson de Maxime que je me passais en boucle à l’adolescence et un pour la lettre de Saul Stein, un soldat de l’armée canadienne qui raconte à ses frères et sœurs, l’horreur qu’il vient de découvrir dans les camps le 30 avril 1945.

    Un recueil qui me donne envie de découvrir la suite de la collection avec, outre les lettres à ma mère, à mon père... des lettres d’amour, érotiques ou de Noël.

     

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 8 Novembre 2015 à 20:39

    Tiens, ça peut être intéressant...

    Bonne reprise. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :