• M, le mari, Marcela IACUB

    M, le mar, Marcela IACUB" Je crois qu'on s'est mariés un 2 juillet. J'étais tout en noir et le costume du futur époux était trop large. J'avais l'allure d'une veuve et lui d'un singe déguisé en humain. " Mais il est où, l'heureux élu ? ", nous demanda le maire qui avait pris le fiancé pour mon jeune frère ou pour mon secrétaire. Pour se rattraper, il a fait un discours si spirituel que tout le monde a éclaté de rire. Qu'avait-il dit au juste ? Impossible de m'en souvenir. "

    Mon avis :

    Je n’avais jamais lu Marcela Iacub mais j’en ai beaucoup entendu parler lors de la sortie de « Belle et bête » où elle confesse une relation avec DSK. J’ai donc eu envie de me faire une idée personnelle de son style et de ses propos, loin de ce roman par qui le scandale est arrivé.

    « M, le mari » est un roman tragicomique où il est question d’un mari à l’égo narcissique surdimensionné, humilié par l’intelligence de sa femme et la réputation qu’elle acquiert dans les milieux intellectuels où il ambitionnait lui-même de briller.
    Ce couple d’intellectuels avait pourtant tout pour être heureux. Jeunes, beaux, ambitieux, ayant décidé de ne pas avoir d’enfant pour se consacrer à leur carrière et leur passion : l’écriture, ils avaient tout en main pour réussir dans la vie. C’était sans compter la réussite de l’une au moment où l’autre voyait ses espoirs s’envoler. Loin d’être fier ou heureux pour sa femme, ce succès va au contraire susciter en lui une haine sournoise et grandissante qui l’éloignera peu à peu.

    Alors que son mari prend ses distances sans qu’elle n’en ait pleinement conscience, un meurtrier sévit dans son quartier. On est en juillet, elle est seule et s’ennuie. Elle va alors entreprendre de se documenter sur les tueurs en série et d’étudier le comportement de cet assassin introuvable qui perturbe la sérénité du quartier. Bien que son entourage ne la prenne pas au sérieux, un journaliste va lui proposer de développer son analyse et elle va réaliser pour lui le profilage du tueur.

    Entrainée dans cette obsession, elle se fait un film à partir de souvenirs liés au thriller d’Hitchcock, « La corde » et aux messages que laisse l’assassin, visiblement inspirés par Baudelaire. Et peu à peu se dessine un portrait robot qui ressemble étrangement à son mari. L’angoisse monte, la paranoïa s’empare d’elle et elle craint pour son équilibre psychique. Mais elle veut savoir. Le lecteur est emporté dans ce délire à suspense et cela marche. On tourne les pages avec vivacité pour connaitre le fin mot de l’histoire.

    J’ai bien aimé ce thriller haletant et la construction psychologique du personnage qui se crée sous nos yeux. A travers lui, Marcela Iacub en profite pour nous donner sa vision peu optimiste du couple et du mariage, de l’aliénation de la femme, du machisme des hommes qui ne supportent pas qu’une femme leur soit supérieure intellectuellement ou financièrement et de l’amour qui rend stupidement aveugle.

    L’intrigue est rondement menée et l’histoire bien écrite. Le style de l’auteure est fluide, agréable et entrainant, notamment dans le dernier tiers du récit. J’ai passé un bon moment avec ce roman, une jolie découverte que j’ai pu faire grâce aux éditions Michel Lafon. Un grand merci pour cet envoi.

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 6 Février 2016 à 07:59

    Un titre facile à retenir...

    Je retiens...

    Bon congé. 

    2
    Samedi 6 Février 2016 à 09:19
    Alex-Mot-à-Mots

    Le titre m'a fait penser à M le maudit. Sacré film.

    3
    Jacqueline
    Samedi 6 Février 2016 à 10:59

    Oh, ton billet est alléchant .... Ce roman devrait me plaire ...:)

      • Jacqueline
        Samedi 6 Février 2016 à 12:00

        Mis dans mon "panier" et commandé ....yes

    4
    Samedi 6 Février 2016 à 21:28

    Oui Jacqueline, je pense qu'il te plaira.

      • Jacqueline
        Mardi 16 Février 2016 à 11:28

        J'ai passé un très bon moment de lecture .... et je partage ton ressenti ...

        Petite réflexion : l'allusion à Amélie Nothomb ..... Clin d'œil à une amie ou vraie pique ...?

         

    5
    Mardi 16 Février 2016 à 13:18

    Je l'ai pris pour une pique.

      • Jacqueline
        Mardi 16 Février 2016 à 20:09

        Oui, moi aussi ....

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :