• Mon mari de Maud VENTURA

    Mon mari de Maud VENTURA« Excepté mes démangeaisons inexpliquées et ma passion dévorante pour mon mari, ma vie est parfaitement normale. Rien ne déborde. Aucune incohérence. Aucune manie. »

    Elle a une vie parfaite. Une belle maison, deux enfants et l’homme idéal. Après quinze ans de vie commune, elle ne se lasse pas de dire « mon mari ». Et pourtant elle veut plus encore : il faut qu’ils s’aiment comme au premier jour.

    Alors elle note méthodiquement ses « fautes », les peines à lui infliger, les pièges à lui tendre. Elle se veut irréprochable et prépare minutieusement chacun de leur tête-à-tête. Elle est follement amoureuse de son mari.

     

    Mon avis :

     

    Pour son premier roman, Maud Ventura, 28 ans, nous conte le quotidien d’une femme amoureuse et en quête permanente d’attention et de preuves d’amour de la part de son mari. Le récit court sur une semaine et chaque jour a une couleur précise. Ce n’est pas une semaine particulière mais bien « la » semaine dont le schéma se répète au fil du temps, éternellement.

    La narratrice et son mari n’ont pas de prénom. La seule chose que l’on sait c’est qu’elle aime le prénom de son mari, celui d’un homme dont on peut tomber amoureux.

     

    Elle rêve l’amour plus qu’elle ne le vit car elle se met tellement de barrières, tellement d’interdits que rien ne semble spontané dans leur relation. Elle veut absolument tout contrôler, tout avoir en son pouvoir et le moindre mot, le moindre geste inattendu est sujet d’inquiétude voire d’angoisse pour elle. Cela en devient obsessionnel. Même au travail, son mari l’obsède. Elle propose même à ses élèves (elle enseigne l’anglais) les textes de leurs chansons préférées à analyser ou des extraits de romans d’amour.

     

    Tout au long de la lecture, la narratrice m’a profondément agacée. Sans doute la preuve que le roman de Maud Ventura fait mouche et ne laisse pas indifférent. L’auteure, rencontrée dans ma librairie, expliquait qu’elle avait souhaité rassembler en une héroïne, tous les petits travers, les petites manies observés dans son entourage ou les situations dont elle a été la confidente. Et elle a imaginé un roman d’amour fou, passionnel et conjugal.

     

    L'écriture est agréable, précise et l'histoire originale. Je m’attendais cependant à rire d’avantage. J’ai souri mais j’ai surtout été irritée par l’attitude obsessionnelle de la narratrice et sa manie de tout disséquer, absolument tout. La chute inattendue mérite d’aller jusqu’au bout et vient boucler la boucle.

    Plus qu’un récit humoristique, je dirais qu’il s’agit d’un récit grinçant et acide où l’amour n’en est finalement pas vraiment. J’y vois plutôt une réelle aliénation.

    A découvrir pour vous faire un avis personnel. Un premier roman qui en annonce très certainement d'autres.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 19 Octobre à 12:14
    Alex-Mot-à-Mots

    Merci, je me sens moins seule à ne pas avoir rit à cette lecture.

      • Mardi 19 Octobre à 21:03
        Argali
    2
    Mardi 19 Octobre à 20:54

    Dans la rentrée littéraire, ce livre est vraiment sorti du lot. Je le vois partout. 

    Ton avis ne me donne pas spécialement envie de le lire...

    Bonne soirée. 

    3
    Mercredi 20 Octobre à 14:29
    gambadou

    ça à l'ai assez grinçant en effet

      • Mercredi 20 Octobre à 15:18

        C'est surtout répétitif et agaçant. Mais c'est l'effet voulu, donc pari gagné.

    4
    Vendredi 29 Octobre à 16:12
    krol

    Je suis curieuse, j'ai bien envie de lire ce roman pour voir de quoi il en retourne vraiment... Tu n'es pas la seule à avoir eu ce ressenti.

      • Dimanche 31 Octobre à 17:28

        J'ai lu beaucoup d'avis enthousiaste qui disaient avoir beaucoup ri. J'ai souri une fois ou deux mais sans plus. Par contre, je suis triste pour celles et ceux qui se compliquent ainsi la vie.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :