• Mon voisin, c'est quelqu'un, Vincent ENGEL

    Mon voisin c'est quelqu'un, Vincent ENGELOtto n’aime pas se poser de questions. Il se content d’une vie bien rangée, entre une passion fanée pour l’aquariophilie et le rituel du thé qu’il partage avec son amie Katrin. Jusqu’à sa rencontre avec le propriétaire du manoir voisin, le puissant et charismatique Jorg von Elpen.

    Mon avis :

    Vincent Engel nous offre ici un récit tout en subtilité et sous-entendus, sur les rapports humains mais aussi et surtout sur la manipulation intellectuelle et le populisme.

    Le titre fait inévitablement penser au sketch de Raymond Devos, « Mon chien, c’est quelqu’un » et comme dans le sketch, cette phrase vient ponctuer régulièrement les pensées du narrateur, Otto. Ce dernier, aquariophile sans ambition ni passion, vit seul dans un pavillon à la campagne, en lisière de la propriété de Jorg von Elpen, le chatelain du village. Un jour, alors qu’il est dans son jardin, il fait sa connaissance par-dessus la clôture. Une phrase en entrainant une autre, il se voit inviter à prendre contact avec von Elpen qui pense depuis un moment à installer un aquarium chez lui. Cette rencontre va changer bien des choses…

    Dès le départ, on ne peut que faire des ponts entre Jorg von Elpen et Jorg Heider et Le Pen ou penser que le chien Heinrich doit son nom à Himmler. En faisant semblant de s’intéresser à son voisin Otto, homme insipide et ordinaire, il l’attire l’air de rien dans ses filets. Sans scrupule, il n’est pas à ça près. Flatté, Otto va se laisser séduire et devenir une marionnette bien obéissante. Par conviction ? Par faiblesse ? Peut-être simplement pour ne pas que sa vie ne soit trop bouleversée.

    Passant souvent pour un niais, Otto est un héros naïf, métaphore de la population qui vit sans se poser de question et ne fait preuve d’aucun esprit critique face aux informations qu’elle ingurgite chaque jour. Une population prête à se laisser influencer par une propagande bien huilée et des idées fallacieuses mais qui ont l’apparence de la vérité. Et il est à la fois étonnant et choquant de réaliser comment Otto et cette population ont une faculté d’amnésie incroyable. Malgré le passé, malgré l’Histoire, comment peut-on encore succomber au chant mortel de ces sirènes ?

    Au fil de l’histoire, l’idéologie extrémiste s’insinue sournoisement. Et même si Vincent Engel prend le parti de la caricature grotesque ou absurde et de l’humour caustique, son propos n’en est pas moins fort. Il dénonce les méthodes d’endoctrinement dont nous pouvons tous être victimes un jour et crée un malaise qui s’installe tout au long de la lecture. Mensonge, hypocrisie, manipulation, rien ne sera épargné aux crédules et l’on referme le livre avec un dégoût qui nous prend aux tripes.

     

     Mon voisin, c'est quelqu'un, Vincent ENGEL

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jacqueline
    Vendredi 6 Avril à 08:41
    Il est dans ma pal depuis longtemps ....ton billet me donne envie de l'en sortir ....
    2
    Vendredi 6 Avril à 11:02
    Alex-Mot-à-Mots

    Le côté dégout m'attire moins.

      • Vendredi 6 Avril à 13:09

        Un dégoût dû à la manipulation. 

    3
    pascal d
    Vendredi 6 Avril à 16:06

    J'ai bien aimé ce roman. Tu en parles bien, cela donne envie.

    4
    Vendredi 6 Avril à 21:32

    Sacré sujet en tout cas ! 

    5
    Vendredi 6 Avril à 21:40
    gambadou

    Intéressant

    6
    Vendredi 6 Avril à 22:32
    Anne (desmotsetdesno

    Il faut avoir le moral pour lire ce roman !?

      • Samedi 7 Avril à 01:08

        L'humour fait passer beaucoup de choses. wink2

    7
    Samedi 7 Avril à 23:29

    Oh ça me plaît bien ça ! La thématique de l'endoctrinement traitée avec un humour caustique. Je me le note pour le prochain mois belge mais si j'arrive à le caser avant, je ne m'en priverai pas.

      • Dimanche 8 Avril à 08:42

        Bonne idée. wink2

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :