• MOXIE, Jennifer MATHIEU

    MOXIE, Jennifer MATHIEUVivian Carter, 16 ans, en a marre.

    Marre que l'équipe de foot de son lycée se croie tout permis.

    Marre qu'on impose des règles vestimentaires aux filles, mais jamais aux garçons.

    Marre du sexisme dans les couloirs du bahut et des profs qui ferment les yeux.

    Plus que tout, Vivian en a marre qu'on lui dise qui elle doit être.

    Vivian Carter dit STOP.

     

    Mon avis :

     

    Vivian a 16 ans et est dans un lycée américain « classique » : avec ses BG sportifs, machos sexistes, ses pompom girls, ses clans… A l’arrivée d’une nouvelle élève, cible des remarques acerbes du capitaine de l’équipe de football, elle décide de réagir. Quand une liste parait qui classifie les filles selon leur physique, Vivian passe à l’action. Elle publie un journal anonyme intitulé Moxie qui pousse les filles à se rebeller contre la situation et à s'unir pour faire bouger les choses.

     

    J’ai beaucoup apprécié les propos tenus dans cette histoire. Partant de faits avérés, l’auteure, professeur d'anglais au lycée, relate des situations de la vie quotidienne, les petits vexations que vivent les filles, le sexisme ordinaire et l’indifférence des enseignants. Elle parvient aussi à éviter les clichés en faisant de Vivian une étudiante comme les autres et non une passionaria. Elle lutte à son niveau, avec ses moyens et son intelligence, sans violence et sans mettre tous les garçons dans le même sac. Son combat c’est le respect de tous et l’égalité filles-garçons. Dans ce lycée texan, il est plus que temps que la solidarité des filles se mettent en place pour faire changer les mentalités.

     

    On est loin de la violence de certaines actions médiatisées mais en plein dans l’actualité. En effet, je terminais cette lecture quand un journaliste sportif flamand a insulté l’équipe féminine de basket belge revenant des JO, les trouvant trop peu féminines pour être hétéro. Non mais sérieux, quel rapport avec leurs performances ? Et pourquoi ces réflexions obscènes qu’on ne se permettrait pas envers des hommes ?

     

    Même si les filles risquent d’être plus sensibles au propos, je pense que ce roman est à donner à lire aux filles comme aux garçons pour amorcer un débat de société et permettre aux uns et aux autres de s’exprimer sur le sujet et sur le respect dû à tous.

    A lire dès 14 ans.

     


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :