• Nengue :L'histoire oubliée des esclaves de Guyane, Blanco & Figuière

    1830. Au Suriname, les Bonis, mené par leur chef, Boni Okilifu, échappent aux colons hollandais en s’installant au cœur de la jungle amazonienne et débutent une lutte déterminée pour leur liberté...
    1877. Jules Crevaux, médecin français, explore l’intérieur des terres de la Guyane. Accompagné d’un piroguier, Apatou, au fil de la navigation et au rythme de leur amitié naissante, il va découvrir l’histoire du peuple boni, ayant mené une guerre d’émancipation contre les colons français et néerlandais.

    Mon avis :

    Stéphane Blanco, passionné par la Guyane, signe le scénario de cet album. Adolescent, il a vécu à Dakar et visité l’île de Gorée, plaque tournante de la traite négrière. Ce fut un choc. Devenu enseignant, il est nommé en Guyane. Il est subjugué par les histoires que lui racontent ses élèves et ses collègues, descendants d’esclaves. Il décide d’en parler un jour.

    Avec Samuel Figuière, dessinateur et coloriste, il vient de sortir une BD qui retrace cette épopée méconnue, celle du marronnage. En Guyane, on appelait « noirs marrons » les esclaves en fuite qui trouvaient protection dans la forêt profonde, créant des communautés avec leur propre fonctionnement. N’ayant laissé aucune trace écrite, ces sociétés parallèles qui se basaient sur les codes de différentes sociétés africaines sont difficiles à comprendre et à cerner. Seuls existent de rares documents et beaucoup d’histoires transmises par la tradition orale.

    Stéphane Blanco a donc choisi de suivre les traces de Jules Crevaux, explorateur du 19e siècle qui remonta le fleuve Marron pour découvrir la Guyane profonde. L’histoire est un hommage à un explorateur qui a inspiré aussi bien Jules Verne que Claude Levi-Strauss ou Hergé et à un peuple d’esclaves qui a arraché sa liberté aux colons français et néerlandais.

    Paru chez Steinkis, une maison d’édition indépendante, l’histoire que nous raconte cet album est donc noire et violente. Les esclaves étaient traités avec une réelle sauvagerie. Un fuyard rattrapé, on le faisait rôtir vivant ! Une femme violée par un riche blanc a été mutilée par son épouse et laissée pour morte. Stéphane Blanco a choisi de mettre en images le récit de voyage de Crevaux et, par là même, la vie de ces hommes et de ces femmes. L’album raconte leur survie, les légendes et rumeurs qui ont couru sur eux et la traque infernale dont ils ont été victimes.

    Je n’ai pas été séduite par les dessins et les tons sombres de l’album mais l’histoire m’a vraiment intéressée car je ne connaissais pas le marronnage. La préface de Stéphane Blanco et de l’historien Jean Moomou ainsi que le dossier qui clôture l’album sont passionnants.

    Merci à Babelio de m’avoir permis de découvrir cet album et cette histoire méconnue.

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    eva koln
    Mardi 22 Mai à 15:27

    Un album tentant car l'histoire m'intéresse.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :