• Où le soleil s'éteint, Jacques CÔTE

    Juillet 1983… Sur l’autoroute 20, Benoit Ayotte et Sylvain Mailloux, deux voyous en provenance de Montréal, font du pouce vers l’est. Ayotte veut se terrer au chalet de l’oncle de Mailloux, à Rivière-à-Pierre, car, en mission pour son clan, il a abattu par erreur un innocent père de famille plutôt qu’un membre d’un gang rival. Mais dès leur arrivée dans la région de Québec, la mort s’invite dans le périple des deux malfrats…

    Mon avis : 

    Ce récit est très différent des « Cahiers noirs de l’aliéniste » du même auteur. Loin du policier historique qui nous plongeait en 1889, Jacques Côté nous emmène ici dans un policier noir où on retrouve son enquêteur vedette de la Sureté de Québec, Daniel Duval. Dès les premières pages, l’univers glauque, vulgaire et brutal d’Ayotte et Mailloux, deux voyous en cavale, nous saute au visage. Impatient, impulsif, incapable de contenir ses pulsions, Ayotte, véritable sociopathe, va additionner les dérapages et attirer l’attention alors qu’il souhaitait se faire oublier. Daniel Duval et son coéquipier Louis Harel sont sur sa piste. Une course contre la montre s’engage entre Cap-Rouge et la Beauce, rythmée par la musique anglo-saxonne des années 80 qu’écoutent tour à tour Duval et Ayotte. Tout le récit est d’ailleurs parsemé de références aux années 80 et, même si je ne les ai pas toutes comprises, j’ai trouvé sympathique de me replonger dans les souvenirs musicaux de mes vingt ans.

    L’alternance de point de vue permet aussi de percevoir la tension qui monte de part et d’autre et la nervosité de chacun. Le lecteur est balloté entre l’instinct de survie de l’un et la traque réfléchie de l’autre, entre l’individualisme forcené et le sens des responsabilités sociales jusqu’à ce que la cavale prenne fin.

    L’enquête alerte et le rythme enlevé nous plongent dès le départ dans ce roman très sombre où la société québécoise n’est pas montrée sous un très beau jour. Violence, meurtres, corruption, jeux d’influence… Jacques Côté dénonce d’une plume acérée les travers de sa Belle Province tout en nous contant le voyage d’un fou furieux.

    Un road trip haletant et sanglant où le lecteur est témoin des faits les plus horribles avant que la police en entende seulement parler. Une place de premier plan que j’ai apprécié tenir tout au long de ma lecture.

    Maintenant le suspense jusqu’au bout, Jacques Côté termine le 5e tome des enquêtes de Daniel Duval, d’une manière totalement inattendue, laissant penser que le 6e tome ne devrait pas se faire attendre aussi longtemps que celui-ci.

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 19 Mars à 14:12
    Alex-Mot-à-Mots

    Tu me mets l'eau à la bouche.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :