• Paul dans le Nord, Michel RABAGLIATI

    Paul dans le Nord, Michel RABAGLIATIÉté 76. Paul a 16 ans et ne rêve que d’une chose : une motocyclette Kawasaki KE100 pour fuir son quotidien et ses parents envahissants… Voyages en auto-stop, soirées arrosées entre copains et expériences nouvelles seront au rendez-vous. Le tout, sur fond de jeux olympiques et de sérieux coup de foudre.

    Mon avis :

    Dans ce tome-ci, en une dizaine de chapitres, Michel Rabagliati nous raconte une année de l’adolescence de Paul. Il n’est pas bien dans sa peau suite à un déménagement qui lui a été imposé et au départ de sœur, partie vivre avec son copain dans son propre appartement.
    Paul a 16 ans et passe ses jours d’été à trainer comme une âme en peine, à se prendre la tête avec son père qui termine leur chalet de vacances et aimerait un p’tit coup de main. Il lui court sur les nerfs. Bref, c’est l’âge bête. Heureusement, il y a son oncle Raynald avec lequel il bosse dans des jardins afin de s’acheter la moto de ses rêves.
    A la rentrée, il va à la polyvalente où très vite, il noue une amitié avec Ti-Marc et crée sa gang de gars. C’est le temps des sorties simples au hockey, au fast food, en camping... L’occasion de découvrir de nouveaux personnages plus naturels les uns que les autres.
    Un jour, Ti-Marc lui propose une sortie de fin de semaine au chalet d’une copine, à St Sauveur. Il faudra faire du pouce pour économiser le bus. Ils partent tout fiers. C’est la première fois pour Paul qui n’en mène pas large. Et les conducteurs qui s’arrêtent sont tous un peu épais. Ils finiront à pied, dans la nuit, jusqu’à ce qu’une tempête de neige se déclare. Michel Rabagliati nous offre là une dizaine de pages superbes de trouvailles. Les flocons de plus en plus gros, de plus en plus serrés ; les gris qui montent à l’assaut des cases avant les traits blancs de neige qui balaient tout... Et le silence qui s’installe. On entend presque souffler le vent dans les arbres. Suivront deux pages hautes en couleurs où Paul revivra en rêve toutes les péripéties de ce voyage et ses peurs successives. Superbe.

    Et puis revient l’été et sur fond de Jeux Olympiques de Montréal, Paul connait son premier amour et les mille émotions qui l’accompagnent transformant le quotidien en montagnes russes.

    On ne peut que se reconnaitre dans cet épisode qui dépeint les affres de l’adolescence : rébellion, sauts d’humeur, mélancolie... Tout ce qui annonce l’entrée dans l’âge adulte.

    Graphiquement, Michel Rabagliati a, comme toujours, le souci des détails. Les planches sont riches de plusieurs lectures tant il prend plaisir à réaliser plusieurs scènes en une case en y ajoutant des effets visuels très réussis.

    Un vrai plaisir de lecture, à la fois pour le retour en adolescence et dans le Nord et le graphisme toujours aussi évocateur.

     

    Paul dans le Nord, Michel RABAGLIATI4e

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 13 Novembre 2016 à 14:05

    Tiens, le graphisme et l'histoire me plaisent. Je note ! 

      • Dimanche 13 Novembre 2016 à 16:31

        Moi qui ai à peu près l'âge de l'auteur, je me retrouve assez bien dans ses histoires. Même s'il s'agit de deux continents différents.

    2
    Vendredi 18 Novembre 2016 à 19:49
    Les sorcières

    J'aime beaucoup la série des "Paul" je vais lire Paul à la pêche ce week end. Celui que tu présente n'est pas disponible à ma médiathèque. 

      • Samedi 19 Novembre 2016 à 09:55

        J'en ai lu trois et j'ai aimé les trois.

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :